Afrique du Sud : 25 corps de travailleurs clandestins retrouvés après l’explosion d’une mine abandonnée

Par Jeune Afrique avec AFP

Mines de platine à Marikana en Afrique du Sud. © Themba Hadebe/AP/SIPA

Les corps de 25 mineurs ont été découverts après une explosion qui s'est produite la semaine dernière dans une mine d'or abandonnée du centre de l'Afrique du Sud. Ils sont pour la plupart originaires du Zimbabwe et du Mozambique.

Depuis qu’une explosion s’est produite, lundi 15 mai, dans une mine près de Welkom, dans le centre du pays, les corps de mineurs clandestins, principalement originaires des pays pauvres voisins, Zimbabwe et Mozambique, sont régulièrement retrouvés aux alentours du lieu du sinistre.

Pour l’heure 25 corps ont été extraits de cette mine. Mais d’après l’AFP, les recherches se poursuivent encore à ce jour.

Beaucoup d’anciennes mines sud-africaines sont fouillées illégalement par des mineurs pauvres qui récupèrent un peu d’or, et le vendent ensuite au marché noir.

La Fédération sud-africaine des syndicats (Saftu) s’est déclarée horrifiée par ces morts « de travailleurs marginalisés et désespérés essayant de survivre par tous les moyens possibles ».

Des survivants ?

« La police n’a pas une idée du nombre de corps toujours ensevelis dans la mine et n’a pu encore identifier la plupart des cadavres retrouvés », poursuit la Saftu dans un communiqué.

Le principal parti d’opposition sud-africain, l’Alliance démocratique (AD), a appelé à une intensification des recherches pour sauver d’éventuels survivants encore prisonniers dans le puits de la mine.

L’exploitation minière de l’or a été pendant des dizaines d’années le fer de lance de l’économie sud-africaine mais la production a décliné ces dernières années en raison d’un épuisement des réserves.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici