Fermer

Kenya : un engin explosif fait quatre morts

Par Jeune Afrique avec AFP

Des forces armées kényanes en 2016 © Khalil Senosi/AP/SIPA

Quatre personnes ont perdu la vie ce mardi dans la ville de Liboi à l’Est du Kenya, lorsque leur véhicule a percuté un engin explosif.

Selon la police locale, interrogée par l’AFP, le véhicule qui a explosé mardi 16 mai à Liboi appartenait à un commerçant de khat [plante euphorisante, NDLR], ses quatre passagers tués étaient des locaux. « Ils ont tous été tués sur le coup quand leur véhicule a roulé sur un engin explosif », explique un responsable de la police de Liboi.

Rapidement, les forces de l’ordre kényanes ont émis des soupçons quant à l’implication et la responsabilité des shebab, insurgés islamistes somaliens, dans cette explosion. La partie Est du Kenya fait effectivement face à de fréquentes attaques menées par les shebab. En outre, l’accident a eu lieu à quelques 60 km du camp de Dadaab accueillant principalement des réfugiés Somaliens au Kenya.

Les shebab soupçonnés

La veille de l’explosion du véhicule à Liboi, lundi 15 mai, un incident s’était produit plus au nord, dans la ville de Mandera, également frontalière avec la Somalie. Selon la police locale, là encore, des shebab présumés ont attaqué un village, tué un chef coutumier et kidnappé deux réservistes de la police.

Affiliés à Al-Qaïda, les shebab ont, à plusieurs reprises, exprimé leur souhait d’affaiblir le gouvernement central en Somalie, soutenu par l’ensemble de la communauté internationale et par les 22 000 hommes de la force de l’Union africaine en Somalie.

Le Kenya a été, depuis 2011 − année de son intervention militaire dans le sud de la Somalie afin de lutter contre les shebab −, la cible de plusieurs attaques meurtrières.

En octobre 2016, dans le comté de Mandera, le gouvernement avait instauré un couvre-feu qui a été renouvelé pour trois mois supplémentaires en avril dernier. L’envoi de forces de sécurités supplémentaires a également été décidé afin de limiter de nouvelles attaques du même ordre dans la région.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici