Mutineries en Côte d’Ivoire : sur Twitter, les internautes ivoiriens crient leur exaspération

Le hashtag #MarreDesMutins a été lancé le 15 mai. © Capture d'écran J.A.

Ulcérés de subir les conséquences de la grogne de certains militaires ces derniers jours, les internautes ivoiriens se sont défoulés sur Twitter.

À Abidjan et Bouaké, les principales villes touchées par les mutineries depuis vendredi, les soldats ont regagné leurs casernes mardi 16 mai. Mais sur Twitter, les Ivoiriens grognent encore. Lancé lundi par le blogueur Israël Yoroba, le hashtag #MarreDesMutins continue de recevoir les témoignages ulcérés d’internautes.

Lorsqu’il lance cette initiative, le camp de Gallieni situé dans le quartier des affaires du Plateau, est bloqué. Très vite, c’est toute l’activité du quartier d’affaires de la capitale économique qui tourne au ralenti. Israël Yoroba demande : « Et vous, en quoi les actions des hommes en armes vous créent des désagréments ? »

« J’ai raté un rdv qui pouvait me faire gagner au moins 50 000 ce matin », lui répond-on immédiatement. « Je suis à Abidjan depuis jeudi pour affaires. Mes partenaires ne comprennent pas ce qui se passe. Moi non plus, donc le projet va être reporté. On s’est organisé depuis 2 mois pour venir et voilà que des #loubards par leurs comportements irréprochables retardent le pays », s’énerve alors un autre internaute.

Le fil Twitter #MarreDesMutins regorge d’exemples comme celui-ci.

Et quand, en fin de journée, le gouvernement annonce un nouvel accord avec les militaires, les internautes accueillent la nouvelle avec autant de réserve que d’humour.

Aujourd’hui, beaucoup continuent de s’en prendre aux mutins. La réaction des autorités est également largement critiquée.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique