Fermer

Football : Yaya Touré donne la priorité à l’Angleterre pour le mercato

Yaya Touré célèbre un but contre Crystal Palace, le 19 novembre 2016 au Selhurst Park Stadium de Londres. © Matt Dunham/AP/SIPA

En fin de contrat à Manchester City, Yaya Touré dispose de plusieurs offres. L’Ivoirien, à 34 ans, veut continuer de privilégier le haut niveau, malgré des sollicitations très lucratives venues de Chine.

Il y a un an, deux clubs chinois – Shangaï IPG et Jiangsu Suning – étaient prêts à offrir un salaire mensuel de 1,6 millions d’euros à Yaya Touré, lequel avait finalement décidé d’aller au bout de son contrat avec Manchester City. Il y a quelques mois, Jiangssu est revenu à la charge avec une proposition revue à la hausse (2,4 millions d’euros par mois), et une nouvelle fois, l’Ivoirien avait poliment refusé. Alors que Manchester City doit encore disputer deux matches de Premier League – mardi soir contre West Bromwich Albion et dimanche à Watford – afin d’assurer sa qualification en Ligue des Champions la saison prochaine, l’avenir du champion d’Afrique 2015 devrait animer le mercato estival, qui débutera au mois de juin.

West Ham le veut

Ignoré par Pep Guardiola en début de saison, Yaya Touré est revenu en grâce aux yeux de l’entraîneur espagnol à l’automne. À ce jour, il a disputé 30 matches et inscrit 7 buts. L’hypothèse que les Citizens proposent un nouveau contrat au milieu de terrain existe, même si elle reste faible. Plusieurs solutions s’offrent au joueur. La Chine reste à l’affût, mais s’exiler dans l’Empire du Milieu ne l’emballe guère.

Il pourrait gagner beaucoup d’argent, mais ce n’est pas une priorité

« Yaya Touré veut privilégier le challenge sportif. C’est un compétiteur, et le championnat chinois ne l’attire pas vraiment. Il pourrait gagner beaucoup d’argent, mais ce n’est pas une priorité », explique un agent bien implanté sur le marché Anglais. Touré se plaît en Angleterre, et sa famille également. Et il n’est pas insensible à l’intérêt que lui porte West Ham. Le club londonien ne disputera pas de coupe d’Europe en 2017-2018, mais il a des moyens élevés, un projet sportif ambitieux et joue au stade Olympique. « Comme il n’y a pas de transfert à payer, West Ham peut lui proposer un gros salaire, peut-être pas au niveau de ce qu’il touche actuellement, mais qui pourrait être compensé par une prime à la signature et un contrat de deux ans minimum [Yaya Touré perçoit 14,6 millions d’euros par an à City, NDLR]. »

L’intérêt relatif de Marseille et Monaco

Touré, qui évolue depuis sept ans en Premier League, privilégie la stabilité géographique. « Dans le monde, il y a trois endroits où il peut conserver un tel niveau de salaire : l’Angleterre, la Chine et le Golfe Persique », poursuit l’agent. Les deux dernières hypothèses semblant exclues – « il pourrait se laisser tenter dans deux ans, pour finir sa carrière » – les recherches de Dimitri Seluk, l’agent russe de l’Ivoirien vont se concentrer sur le Vieux continent.

Deux clubs français suivent avec intérêt l’évolution de son dossier : Marseille, qui lutte avec Bordeaux pour décrocher une qualification en Europa League, et l’AS Monaco, probable champion de France, où Yaya Touré a évolué en 2006-2007. « Marseille a un nouveau propriétaire américain (Franck Mc Court), des moyens en hausse, mais de là à proposer un salaire princier à un joueur de 34 ans… Monaco, c’est différent. La fiscalité est plus avantageuse, le club va jouer la Ligue des Champions, et il connaît l’endroit, beaucoup plus calme qu’à Marseille [à Marseille, plusieurs joueurs ont été victimes de home-jacking ou de car-jacking ces dernières années, NDLR]. Et si l’ASM vend Kylian Mbappé 100 millions d’euros au Real Madrid, cela lui laissera une marge de manœuvre supplémentaire. »

A ce jour, l’avenir de Yaya Touré semble plutôt s’inscrire en Angleterre. Si West Ham est pour l’instant le seul club de Premier League à avoir manifesté un réel intérêt, d’autres pourraient se manifester dans les prochains jours.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici