Grève express chez Air Algérie : reprise du trafic et début des négociations

Par Jeune Afrique avec AFP

Les bureaux d'Air Algérie à Paris. © Remy de la Mauviniere/AP/SIPA

Les vols d'Air Algérie, suspendus plusieurs heures dans le pays ce 16 mai ont commencé à reprendre après l'ouverture de négociations entre le personnel de maintenance gréviste et la direction de la compagnie aérienne.

La grève, entamée en matinée sans préavis selon la direction d’Air Algérie, a affecté les vols domestiques et internationaux au départ, mais pas ceux en provenance de l’étranger. Rien qu’à Alger, plus de 68 vols avaient été touchés.

L’annonce de la reprise du trafic s’est accompagnée d’un désordre aux comptoirs d’enregistrement. Air Algérie avait invité ses clients à ne pas se rendre dans les aéroports jusqu’à l’annonce de la fin du mouvement social. La grève a affecté les vols domestiques et internationaux au départ, mais pas ceux en provenance de l’étranger.

La responsable de la communication d’Air Algérie, Mounia Bertouche, a indiqué que les revendications des grévistes étaient « d’ordre social, principalement salarial ». Selon l’AFP, un document est en préparation pour être signé par les deux parties.

Dernière grève en 2011

La compagnie avait déjà été secouée par un mouvement social similaire d’une durée de quatre jours qui avait semé le chaos dans les 32 aéroports du pays, en juillet 2011.

Seuls 30% des vols avaient alors été assurés. Les revendications concernaient les augmentations salariales et le statut des 900 stewards et hôtesses de l’air de la compagnie. Des milliers d’Algériens s’étaient retrouvés coincés dans les aéroports du pays mais aussi en France.

Un mois plus tôt, les personnels navigants commerciaux (PNC) de l’entreprise nationale avaient déjà effectué une grève d’une journée qui avait abouti à un accord sur une hausse de leurs salaires et une revalorisation de leurs statuts.

Mais le conflit s’était radicalisé à l’annonce, le 13 juillet, du licenciement de travailleurs grévistes et de mises en demeure de reprendre le travail.