Niger : un militant de la société civile arrêté à Agadez

Par Jeune Afrique avec AFP

Le pont sur le fleuve Niger à Niamey. © Vincent Fournier/J.A.

Insar Abdourahmane a été arrêté le 14 mai dans le nord du pays par la police qui l'accuse "d'incitation à la violence" en lien avec l'interdiction d'une manifestation à Niamey, la capitale.

Le dimanche 14 mai, aux environs de 2h du matin, la police d’Agadez, la grande ville du nord du Niger, a « enlevé », « en toute illégalité » Insar Abdourahmane, selon un communiqué de l’ONG dont il est membre, le Cadre d’action pour la démocratie et les droits de l’homme (CADDRH).

Cet acteur de la société civile « est poursuivi pour incitation à la violence dans certaines de ses publications sur Facebook », précise le texte du CADDRH.

Le 11 mai, au lendemain d’une manifestation de la société civile interdite et dispersée par la police à Niamey, Insar Abdourahmane écrivait sur sa page sur le réseau social :

« S’il faut attendre leur autorisation, je pense que nous avons alors le devoir de renoncer au droit de marche que nous confère notre Constitution et allons droit à l’acceptation de cette pire dictature. On veut des omelettes ? Alors cassons les œufs, sortons tout simplement ».

Le CADDRH exige désormais la libération immédiate et sans condition de son militant, gardé par la police d’Agadez.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique