Fermer

Mali : le président Macron se rendra auprès des troupes françaises jeudi ou vendredi, selon son entourage

Par Jeune Afrique avec AFP

Les soldats français sécurisent une zone près de Gao en 2013. © Jerome Delay/AP/SIPA

Le Mali devrait bel et bien être au programme de la première semaine d'Emmanuel Macron comme président de la République. Le successeur de François Hollande se rendra "jeudi ou vendredi" auprès des troupes françaises engagées au Mali, a-t-on appris lundi auprès de son entourage.

Investi dimanche matin, Emmanuel Macron, qui a remonté l’avenue des Champs-Élysées dimanche après la passation de pouvoirs à bord d’un véhicule militaire, avait promis que son premier déplacement serait réservé aux troupes françaises. Il s’était rendu l’après-midi même auprès de soldats grièvement blessés à l’hôpital militaire Percy à Clamart (Hauts-de-Seine) et s’était notamment entretenu avec deux soldats blessés au Mali.

4 000 soldats français mobilisés

Lancée en 2014 pour prendre le relais de l’opération Serval, la force Barkhane mobilise 4 000 soldats français sur cinq pays du Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad et Mauritanie). Elle a pour mission « d’appuyer les forces armées des pays partenaires » dans leur lutte contre les groupes jihadistes et de « favoriser une appropriation africaine de la gestion des crises », souligne le communiqué.

Les jihadistes ont été en grande partie chassés du nord du Mali par l’intervention française Serval en 2013. Mais des zones entières du pays échappent toujours au contrôle des forces maliennes, françaises et de l’ONU, régulièrement visées par des attaques malgré la signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes. 17 soldats français sont morts depuis le début de l’opération Serval en janvier 2013.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici