L’argent des Africains : Roméo, analyste programmeur en Côte d’Ivoire – 341 euros par mois

Plus tard, Roméo rêve d'ouvrir sa propre entreprise de programmation. © ©Roméo Gougla

Roméo est un homme passionné. Informaticien - analyste programmeur, plus précisément -, il passe ses journées et parfois ses nuits à créer des sites internet fournis clé en main à des entrepreneurs d'Abidjan. Depuis qu’il a quitté l’entreprise où il a travaillé pendant presque deux ans, ses revenus sont irréguliers. Pour notre série l’Argent des Africains, il nous explique comment il gère ses finances.

Chaque matin, le réveil de Roméo sonne à cinq heures. Les yeux à peine ouverts, il consacre la première heure de sa journée à la consultation de ses mails. Puis quand il a le temps, Roméo fait un petit tour sur les réseaux sociaux. Lorsque six heures sonnent, le jeune homme de 21 ans se prépare rapidement puis se met directement à ce travail qui le passionne, à propos duquel il se montre intarissable : la programmation. Jusqu’à une heure avancée de la nuit, Roméo crée de toutes pièces des sites internet. Ses seules pauses, il les prend au moment de descendre à la cantine de la résidence universitaire de l’université Félix Houphoüet Boigny, à Abidjan, où il partage sa chambre avec son frère. « Quand je suis vraiment fatigué, je fais une sieste ! La programmation demande de la concentration », précise ce bourreau de travail.

Travailler à son compte

Deux ans durant, Roméo a travaillé pour une grande entreprise d’informatique. Jugeant son salaire de l’époque insuffisant (200 000 francs CFA, soit 305 euros), le jeune homme passait souvent ses nuits à faire de la consultation pour d’autres entreprises afin d’arrondir ses fins de mois. La création d’un site coûtant en moyenne 300 euros, il avait de quoi largement combler ses besoins.

Fatigué par un tel rythme, Roméo a décidé de quitter son travail il y a un mois. Désormais, il ne vit plus que des consultations qu’il mène directement pour des entreprises. Pour créer un site de A à Z, il lui faut deux semaines environ. Depuis qu’il travaille à son compte, le jeune homme a déjà construit trois sites. Payé environ 300 euros pour chaque travail, et malgré des revenus irréguliers, l’informaticien gagne bien sa vie. Ce qui ne l’empêche pas de contrôler ses finances de près.

Un revenu moyen de 341 euros par mois

Tous les mois, Roméo dépense 122 euros pour payer sa chambre universitaire. Pour ses déplacements en transports en commun, il doit compter en moyenne 43 euros par mois. Prenant tous ses repas au restaurant universitaire, l’alimentation représente un coût mensuel de 85 euros. Il alloue environ 61 euros à ses déplacements le week-end, lorsqu’il va démarcher des entreprises ou discuter avec celles avec qui il est déjà en affaire – une habitude qu’il a gardée de l’époque où, en tant que salarié, il n’avait pas le temps de se déplacer en semaine. Ses loisirs ? Roméo sort très peu, sauf pour aller à l’église. Le reste de ce qu’il gagne, le jeune homme le met de côté : chaque mois, il épargne environ 30 euros.

Objectif : Inde

L’avenir semble déjà très clair dans son esprit. Grâce à une bourse d’études de 2 235 euros (2 500 dollars), Roméo vient de s’envoler pour la capitale de l’Inde, New Delhi, où, dès le mois d’août, il intégrera un master en informatique. Pourquoi l’Inde ? « Parce qu’ils sont les meilleurs en programmation », répond simplement Roméo. Une fois ses études terminées, il prévoit de revenir s’installer définitivement en Côte d’Ivoire. Mais pas question de travailler de nouveau pour une entreprise, « sauf si c’est une grande multinationale ! ».

_________________________________

Si vous souhaitez participer à notre série, écrivez nous à argentdesafricains@jeuneafrique.com