Vivendi inaugure sa salle de cinéma Canal Olympia à Dakar

Par - correspondant

Une salle du réseau des cinéma Canal Olympia © crédit: canalolympia.com

Le groupe français a inauguré le 11 mai, dans la capitale sénégalaise, Canal Olympia Teranga, sa première salle de cinéma et de spectacles dans le pays et la cinquième sur le continent.

Après plus de 25 ans d’absence, la magie des grandes salles de projection du 7e art est de retour à Dakar. Le 11 mai, un aréopage de personnalités du monde culturel et politique était présent pour la projection inaugurale du cinéma Canal Olympia Teranga.

Les spectateurs ont pu rire ou sursauter devant les films d’animation Sahara, Shaun le Mouton, mais également devant Félicité, le long-métrage du Franco-Sénégalais Alain Gomis, ou devant le corrosif Bienvenue au Gondwana de l’humoriste nigérien Mamane.

Ambiance

Ces deux derniers films ont été ovationnés, surtout celui de l’humoriste, connu à travers ses chroniques quotidiennes sur Radio France International (RFI), qui tournent en dérision les dérives des pouvoirs politiques africains.

Dans son discours, le président sénégalais Macky Sall, venu présider la cérémonie, bute à deux reprises sur le nom de la république « très très démocratique » du « Gondwana ». Des personnalités logées au premier rang volent à son secours. « En tant que politique, vous me comprendrez », glisse alors le chef de l’Etat, non sans humour.

Équipements ultramodernes

Cinquième rejeton d’une série de salles de cinéma et de spectacles construites à Yaoundé, Conakry, Ouagadougou et Niamey, Canal Olympia Teranga, bâti par le groupe français Vivendi, a coûté environ 2 millions d’euros.

Implanté dans le parc culturel de la capitale sénégalaise où trônent le Grand Théâtre et le musée des civilisations noires, ses équipements ultramodernes répondent, selon ses promoteurs, aux standards internationaux : écran géant Scope de 14 mètres, son digital, climatisation.

Éco-responsable et autonome en énergie

Éco-responsable, la salle de 300 places est également autonome en énergie solaire grâce à un système de panneaux solaires et de batteries électriques permettant une alimentation diurne et nocturne, installé derrière l’infrastructure.

En matière de programmation, les Dakarois auront l’embarras du choix :« Les films qui sortent en France ou aux Etats-Unis, par exemple, sortiront ici simultanément. La technologie numérique installée ici sécurise les films », explique à Jeune Afrique, Corinne Bach PDG de CanalOlympia et vice-présidente de Vivendi Village.

Schizophrénie

Les producteurs locaux magnifient ce premier pas : « Cette inauguration vient à son heure car cela fait 25 ans que le Sénégal, un grand pays de cinéma, n’avait plus de salle. C’était même devenu une maladie schizophrénique parce qu’une génération n’a pas connu le cinéma dans les salles obscures, mais sur les écrans d’ordinateur », indique le documentariste sénégalais Ousmane William Mbaye.

Une partie du chiffre d’affaires généré par les entrées sera reversée aux producteurs locaux des films, afin d’alimenter la production. Les meilleurs films africains, comme Félicité, explique Corinne Bach, vont passer sur tout le réseau de Canal Olympia sur le continent. Un réseau qui n’a pas fini de s’étendre : Lomé et Cotonou devraient bientôt accueillir, elles aussi, leurs salles.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici