Fermer

Carte : tout savoir sur les bases militaires étrangères en Afrique

Un soldat français à Gao, Mali, en 2013. © STR/AP/SIPA.

Des décennies se sont écoulées depuis les indépendances, mais il reste toujours de nombreuses bases et forces militaires étrangères en Afrique. Tour d'horizon.

La Chine est en train de construire sa première base militaire à l’étranger à Djibouti, dans la corne d’Afrique – un signe certain de l’engagement accru de cette région avec le « grenier du monde ». Cette base qui sera navale sera installée à deux pas de la seule base militaire américaine officielle en Afrique. Elle promouvra « l’appui logistique aux flottes chinoises qui effectuent des tâches d’escorte dans le golfe d’Aden et les eaux au large de la côte somalienne », selon Hong Lei, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Quant aux États-Unis, engagés depuis une décennie dans la lutte contre le terrorisme en Afrique, il n’est pas du tout surprenant que leurs bases, pour la plupart non-officielles, soient disséminées à travers le continent, marquant une influence presque omniprésente.

Passé colonial

La France occupe également une place de premier choix, grâce aux liens qu’elle entretiens avec ses ex-colonies. Mais le passé colonial n’explique pas tout. Japon, Turquie, Émirats arabes unis, Arabie saoudite… Même l’Inde dispose d’un discret poste d’écoute au nord de Madagascar !

Pour y voir clair, nous avons recueilli toutes les informations disponibles sur ce sujet sensible. Le résultat : une carte, non exhaustive, des bases et des forces militaires étrangères en Afrique, à consulter ci-dessous.