Fermer

États-Unis : l’agression d’un Burkinabè dans le Bronx provoque l’indignation

Dans le Bronx, la police et les gangs mènent une guerre incessante. © DAVID KARP/AP/SIPA

Mercredi 3 mai, Souleymane Porgo, un Burkinabè de 53 ans installé depuis 20 ans aux États-Unis, a été violemment agressé en plein jour dans une rue du Bronx. Sans défense face à ses quatre assaillants, il se trouve aujourd’hui dans le coma. Son histoire a suscité l’émotion de la communauté burkinabè de New-York, mais pas seulement.

Cette journée du 3 mai aurait pu ressembler à toutes les autres pour Souleymane Porgo, mais le sort en a décidé autrement. Installé comme à son habitude au 149 de la Grand Concourse street, au cœur du quartier new-yorkais du Bronx, la tranquillité de ce vendeur ambulant est soudain brisée : un homme arrive, avec la ferme intention de lui voler une partie de sa marchandise. Souleymane Porgo refuse de le laisser faire, et c’est là que tout dérape.

Son assaillant est soudain rejoint par trois hommes, qui tous appartiennent au même gang. Très vite, les coups pleuvent. Violemment frappé à la tête, Souleymane Porgo s’écroule à terre, sa tête heurte le sol en tombant. L’homme est immédiatement transféré au Lincoln Hospital ; malgré les soins, il sombre dans le coma.

Mobilisation pour Souleymane Porgo

Filmée puis diffusée sur YouTube, très vite, la scène suscite l’indignation. Trois jours après l’agression, le 6 mai, une marche est organisée dans les rues de New York par la diaspora burkinabè pour « réclamer justice ». Dans la foulée, une collecte de fonds est également organisée pour aider la famille de la victime. Depuis le 5 mai, près de 2 000 dollars ont déjà été récoltés.

En plus de la mobilisation citoyenne, les autorités ont elles aussi réagi : le ministère des affaires étrangères burkinabè a publié un communiqué assurant son soutien aux proches de Souleymane Porgo, et sa volonté de faire la lumière sur cette affaire.

L’ambassade des États-Unis au Burkina a quant à elle réagi dans un tweet :

William Burgess, 21 ans, arrêté par la police

La vidéo de l’agression a également permis l’identification des agresseurs et l’arrestation de l’un d’entre eux : accusé d’agression en gang, mardi 9 mai, William Burgess, un homme de 21 ans, a été emmené par la police. Il était déjà connu des services de police pour possession de drogues et plusieurs affaires de falsification. Les quatre autres suspects sont toujours recherchés.

Après cette violente agression, le gouvernement burkinabè a appelé ses ressortissants vivant aux États-Unis à la prudence.