Fermer

Afrique du Sud : le président Zuma lance un appel après la disparition mystérieuse d’une employée de l’Unicef

Le Cap, Afrique du sud. © Damien Fauchot/CC/Flickr

Lundi 8 mai, le président sud-africain Jacob Zuma a appelé quiconque aurait des informations sur la disparition mystérieuse d'une employée de l'Unicef un mois et demi plus tôt à prévenir la police.

Jacob Zuma demande à quiconque aurait des informations qui permettraient de localiser Charlotte Nikoi de contacter la police. Le président sud-africain recevait un envoyé spécial du Ghana, pays d’origine de cette femme de cinquante ans, venu avec une demande spéciale à son sujet à l’occasion du Forum économique mondial qui se tenait à Durban du 3 au 5 mai.

De nationalité ghanéenne, Charlotte Nikoi vivait et travaillait à New York, où elle était directrice adjointe des ressources humaines à l’Unicef, l’organisme des Nations unies en charge de l’enfance.

Elle était arrivée au Cap le 17 mars dernier pour célébrer son anniversaire de mariage en famille. Charlotte Nikoi a disparu lors d’une randonnée dans la montagne de la Table, aux abords de la métropole sud-africaine, le 21 mars, jour férié dans le pays connu sous le nom de « Journée des droits de l’homme » car il commémore le massacre de Sharpeville.

D’après un journal local, The Cape Times, elle aurait envoyé un message téléphonique à son mari peu de temps avant sa disparition. Persuadé que son épouse est « retenue quelque part contre sa volonté », Chirs Nikoi a demandé dans un message adressé à son ravisseur potentiel de « ne pas lui faire de mal et de la libérer en toute sécurité ».

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro