Fermer

RDC : l’ONU presse Kinshasa de participer davantage à l’enquête sur l’assassinat de ses experts

Par Jeune Afrique avec AFP

Des Casques bleus sécurisent la ville de Kinshasa, le 20 septembre 2016. © John bompengo/AP/SIPA

Le Conseil de sécurité des Nations unies a de nouveau demandé à la RDC ce jeudi qu'elle coopère dans l'enquête menée sur le meurtre des deux experts onusiens assassinés dans le Kasaï fin mars, ainsi que sur les fosses communes découvertes dans la région.

Les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies ont souligné la nécessité d’une « enquête rapide et complète sur le meurtre » des deux experts de l’ONU assassinés en RDC fin mars, et « d’une coopération totale du gouvernement de RDC », indique le communiqué diffusé ce jeudi 4 mai.

Les Nations unies ont créé une commission d’enquête chargée de se pencher sur les meurtres de l’Américain Michael Sharp et la Suédo-chilienne Zaida Catalan, dont les corps ont été retrouvés plusieurs jours après leur disparition dans le Kasaï-central.

Tous deux étaient missionnés par le secrétaire général de l’ONU et faisaient partie d’un panel d’experts recherchant des informations sur plus d’une quarantaine de fosses communes découvertes dans la province du Kasaï.

Le Kasaï rongé par la violence

Depuis septembre, le Kasaï-central, le Kasaï et deux autres provinces voisines sont en proie à des violences impliquant miliciens, policiers et soldats. Ces violences ont fait plus de 400 morts après le soulèvement de partisans de Kamwina Nsapu, chef traditionnel tué en août 2016 lors d’une opération militaire.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici