Fermer

Côte d’Ivoire : quand Guillaume Soro rencontre un ancien conseiller de Gbagbo à Paris

Guillaume Soro quitte le palais présidentiel après une rencontre avec Alassane Ouattara le 13 mars 2012. © Emanuel Ekra/AP/SIPA

En visite privée à Paris, le président de l'Assemblée nationale s'est entretenu avec Alain Toussaint, un ancien porte-parole et conseiller de Laurent Gbagbo.

Cette rencontre a été placée sous le sceau de la réconciliation par les deux protagonistes qui se sont exprimés à l’issue de leur entretien mercredi 3 mai à Paris. « L’entreprise de réconcilier les Ivoiriens est bien difficile. Il y a des différences entre vous et moi que nous ne nions pas. Mais nous avons convenu de nous mettre au dessus de nos divergences, de nos problèmes pour regarder ce qui peut être dans l’intérêt de la Côte d’Ivoire », a déclaré Guillaume Soro.

« Aujourd’hui, nous avons décidé de nous engager dans le tunnel de la réconciliation. J’en suis déterminé. J’en ai parlé avec le président Ouattara qui m’a encouragé à faire en sorte que la réconciliation soit une réalité. »

Guillaume Soro a également évoqué indirectement le cas des anciens cadres du Front populaire ivoirien (FPI) toujours en détention à Abidjan. « Moi-même ancien prisonnier à plusieurs reprises, je n’ai aucun intérêt à voir persister la question des prisonniers politiques en Côte d’Ivoire », a-t-il dit.

 

 

De son côté, Alain Toussaint a remercié « le président de l’Assemblée nationale pour son initiative courageuse dans un pays qui n’est pas traversé par des divisions depuis 2011 mais depuis 1990. Dans mon camp comme dans le sien, il y a des gens qui sont réfractaires au pardon et à la réconciliation. C’est une mission importante, je pense qu’il sera la mener à bon port ».

« La politique, ce n’est pas la guerre »

« Je lui ai confirmé ma volonté de rentrer dans mon pays. Il y a eu des engagements forts qui ont été pris et je lui ai réitéré toute ma confiance. Je pense que c’est ensemble que nous devons construire la Côte d’Ivoire », a-t-il poursuivi.

Et de conclure : « La politique, ce n’est pas la guerre. Il y a un temps pour faire la guerre, un temps pour faire la paix. »

Ancien journaliste, longtemps basé en France, Alain Toussaint fut le porte-parole et conseiller en communication de Laurent Gbagbo. Sa rencontre avec l’ancien chef de la rébellion a cependant été raillée par les partisans de l’ancien président ivoirien. « Toussaint roule pour lui-même depuis bien longtemps. Il ne représente rien », estime même un proche de Gbagbo.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici