Fermer

5 infographies pour comprendre l’essor du trafic maritime en Afrique

Par Jeune Afrique

Le port de Kinshasa, capital de la République démocratique du Congo, vu du ciel, le 24 septembre 2016. © Gwenn Dubourthoumieu pour JA

Dans le dernier numéro de sa revue trimestrielle « Secteur privé & développement », Proparco décrypte la croissance du trafic maritime et le rôle du secteur privé dans le développement des ports du continent.

Plus grands, plus profonds, plus nombreux, mieux équipés. Les ports africains connaissent depuis quelques années un essor important, tiré par l’augmentation du trafic maritime avec le reste du monde, comme le détaille Proparco, filiale de l’Agence Française de Développement, dans le dernier numéro de sa revue trimestrielle Secteur privé & développement.

Ainsi, entre 2007 et 2017, près de 50 milliards de dollars ont été investi dans ce secteur, grâce à une croissance annuelle moyenne du trafic maritime de 7% sur le continent. Un essor en partie dû au basculement des échanges commerciaux avec l’Asie. Le continent représente désormais 5% du trafic maritime mondial et 2% du trafic conteneurisé.

Proparco souligne le rôle décisif du secteur privé dans ce développement : la majorité des terminaux portuaire sont passés sous le contrôle d’opérateurs privés, sous la forme de partenariats public-privé.

Malgré ces bons résultats, le continent doit encore face à de nombreux défis. Proparco pointe notamment le manque de fluidité des infrastructure portuaire, et la faiblesse des connexions avec l’arrière-pays.

 

 

 

 

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro