Fermer

Une maladie non identifiée fait 12 morts en moins de 10 jours au Liberia

Par Jeune Afrique avec AFP

A Monrovia, au Liberia, en octobre 2014, alors que le virus Ebola faisait encore de nombreuses victimes. © Jerome Delay/AP/SIPA

Une mystérieuse maladie non identifiée a fait douze morts au Liberia ces derniers jours. Il ne s'agit pas d'Ebola, les tests réalisés étant négatifs. Des prélèvement ont néanmoins été envoyés aux Centres américains de contrôle et de prévention des maladies d'Atlanta, aux États-Unis.

Le Liberia a enregistré le 2 mai, y compris dans sa capitale, Monrovia, de nouveaux cas de cette maladie non identifiée qui provoque chez les personnes atteintes fièvre et vomissements. Testée négative à Ebola, elle a fait 12 morts en moins de dix jours, selon le ministère libérien de la Santé.

Depuis Genève, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a également fait état de nouveaux cas de cette maladie dont les premiers ont été enregistrés dans la province de Sinoe, dans le sud-est du Liberia.

« Le bilan global est maintenant de 21 personnes tombées malades, dont douze sont décédées depuis le dimanche 23 avril », a déclaré un porte-parole de l’organisation, Tarik Jasarevic.

À Monrovia, le porte-parole du ministère libérien de la Santé, Sorbor George, a lui aussi évoqué douze décès parmi les malades enregistrés depuis que les premiers symptômes du premier malade se sont déclarés à Greenville, chef-lieu de la province de Sinoe. Il a également affirmé que la maladie avait atteint Monrovia.

« Un homme est venu de Sinoe pour assister à des funérailles à Monrovia et il est tombé malade. Il a montré les mêmes symptômes [que les cas enregistrés dans le comté de Sinoe] et il est mort », a relaté Sorbor George. La petite amie du malade a également perdu la vie après avoir contracté la maladie, selon lui.

L’hypothèse Ebola écartée

Selon le porte-parole du ministère, l’enquête épidémiologique ouverte pour identifier la maladie est en cours, les premières analyses ayant permis d’écarter les hypothèses du virus Ebola et de la fièvre Lassa.

Des prélèvements ont été envoyés aux Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) à Atlanta pour des analyses toxicologiques, a expliqué Tarik Jasarevic de l’OMS. Il n’en reste pas moins qu’il faudra des semaines avant de pouvoir identifier la maladie, a averti de son côté Sorbor George.

Le Liberia fait partie des trois pays sévèrement affecté par Ebola en Afrique de l’Ouest entre 2013 et 2016. Une résurgence de l’épidémie a été observée dans la région en juin 2016, après avoir causé plus de 11 300 morts, à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici