Fermer

Tunisie : l’ancien président Moncef Marzouki élu à la tête d’Al Irada

Par Jeune Afrique avec AFP

Moncef Marzouki à Tunis le 29 mars 2015. © EMMANUEL DUNAND/AP/SIPA

L'ancien chef de l'État tunisien Moncef Marzouki a été élu ce lundi 1er mai à la tête d'Al Irada ("la volonté"), parti dont il est le fondateur, lors d'un congrès organisé à quelques mois des premières élections municipales de l'après-révolution.

L’annonce de son élection à la tête d’Al Irada a été faite sur la page Facebook officielle du parti, sans autre commentaire. Le parti tenait son congrès constitutif depuis samedi 29 avril, à Tunis puis à Hammamet, ville côtière située à 60 km au sud de la capitale.

En ouverture du congrès en question, Moncef Marzouki a évoqué les premières élections municipales de l’après-révolution, programmées le 17 décembre. Ces élections devront « être honnêtes et libres, et venir consacrer le principe d’alternance pacifique au pouvoir », a-t-il avancé, avant de prévenir : « Je ne suis pas prêt à m’engager dans un scrutin frauduleux. »

Selon plusieurs médias tunisiens, Moncef Marzouki, 71 ans, était seul candidat à la présidence d’Al Irada et a été élu à l’unanimité. Adnane Mancer a par ailleurs expliqué samedi qu’il existait « un consensus sur sa désignation ».

Fondateur d’Al Irada

Ancien opposant au régime de Zine el Abidine Ben Ali (1987-2011), fondateur en 2001 du Congrès pour la République (CPR), Moncef Marzouki est élu président de la République par l’Assemblée nationale constituante (ANC), fin 2011, quelques mois après la chute de la dictature.

Il échoue, trois ans plus tard, à décrocher un nouveau mandat comme chef de l’État et fonde le parti d’Al Irada en 2015 alors que le pays est selon lui dans « une situation catastrophique ». À l’époque, il accorde une interview à l’AFP, dans laquelle il explique qu’il compte « gérer pendant un ou deux ans » le parti, « puis le lâcher aux jeunes, le plus vite possible ».

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici