Sahara occidental : le Maroc satisfait de la résolution de l’ONU

Par AFP

Le roi du Maroc, Mohammed VI. © Christophe Ena/AP/SIPA

Le Maroc s'est félicité samedi de la résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental, adoptée la veille à l'unanimité, disant rester "vigilant" quant au retrait du Front Polisario d'une zone contestée.

« Le Maroc se félicite de la résolution du Conseil. (…) Aujourd’hui, il y a une dynamique », a déclaré samedi à la presse le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

Le Conseil de sécurité a adopté vendredi une résolution de soutien à une reprise de négociations sur le conflit au Sahara occidental. Ce texte prolonge également jusqu’au 30 avril 2018 le mandat de la mission de maintien de la paix de l’ONU sur place (Minurso).

Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental est en grande partie sous contrôle du royaume depuis 1975. Un cessez-le-feu supervisé par la Minurso est intervenu en 1991. Les indépendantistes du Front Polisario réclament un référendum d’autodétermination alors que Rabat propose comme solution de « compromis » une autonomie sous sa souveraineté.

« Dimension régionale » du conflit

« L’initiative d’autonomie (proposée par le Maroc) se retrouve une nouvelle fois confortée », a estimé M. Bourita, soulignant que la résolution rappelle la « dimension régionale » du conflit.

« Le Conseil de sécurité et le patron de l’ONU ont à plusieurs reprises appelé les pays voisins, notamment l’Algérie (qui soutient le Front Polisario, ndlr), à faire des efforts », a-t-il poursuivi.

Le ministre est revenu sur le retrait, survenu vendredi, du Polisario de la zone contestée de Guerguerat, un no man’s land de quelques kilomètres carrés à la frontière avec la Mauritanie qui avait causé des tensions entre le Maroc et le Polisario ces derniers mois.

Disant vouloir lutter « contre la contrebande », le Maroc avait entamé mi-août 2016 au sud de cette zone la construction d’une route goudronnée. Après le début des travaux, l’ONU s’était alarmée des risques de dérapage et le Polisario avait commencé à multiplier les incursions dans la zone.

Fin février, le Maroc avait annoncé son retrait de cette zone, contrairement au Polisario, qui avait refusé de la quitter malgré un appel lancé par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

« Le Polisario a été contraint de se déjuger et de sortir la tête baissée de Guerguerat, sous la pression du Conseil de sécurité, et pour éviter une condamnation très ferme », a affirmé à l’AFP M. Bourita.

« Cela conforte le Maroc sur sa position concernant le statut de la zone tampon, qui doit être libre de toute présence militaire, avec un trafic routier non perturbé et un cessez-le-feu respecté », a-t-il souligné.

« Le Maroc continuera à observer la situation de très près sur le terrain », a prévenu le ministre. « Le retrait du Polisario doit être complet, sans condition et permanent ».

Le royaume a « contribué à créer une atmosphère de sérénité », a ajoute M. Bourita, soulignant « l’implication personnelle » du roi Mohammed VI dans ce dossier.