Fermer

Sahara occidental : espoir d’un règlement après le retrait du Front Polisario

Par AFP

Un sahraoui brandit un drapeau du front polisario, non loin de soldats marocains surveillant le mur de défense au nord-ouest du territoire, près d'El-Mahbes, dans un secteur sous contrôle sahraoui, le 3 février 2017. © Stringer/AFP

L'ONU a exprimé vendredi soir son espoir d'une relance des négociations pour régler le conflit au Sahara occidental après que le Front Polisario, mouvement indépendantiste sahraoui, s'est retiré d'une zone tampon de la région.

« Cette action devrait améliorer les perspectives d’un climat (propice) à la relance d’un processus de négociations avec une nouvelle dynamique et un nouvel état d’esprit », s’est félicité dans un communiqué Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres.

Au même moment, les quinze pays membres du Conseil de sécurité adoptaient à l’unanimité une résolution de soutien à une reprise de négociations de paix pour ce conflit au Sahara occidental vieux de plusieurs décennies.

L’ONU a « salué le retrait de tous les éléments du Front Polisario de la zone de Guerguerat », près de la frontière mauritanienne, après le retrait des troupes marocaines en février.

Mandat de la Minurso prolongé jusqu’au 30 avril 2018

La résolution appuie une initiative de M. Guterres pour relancer des pourparlers de paix et prolonge également jusqu’au 30 avril 2018 le mandat de la mission de maintien de la paix de l’ONU sur place (Minurso).

« La France espère que l’adoption à l’unanimité de cette résolution nous permettra de nous tourner résolument vers l’avenir pour nourrir la dynamique politique engagée (…) au bénéfice de tous dans la région », a plaidé l’ambassadeur François Delattre.

Les États-Unis avaient fait circuler lundi ce projet de résolution auprès des autres membres du Conseil de sécurité, après des consultations avec la France, la Russie et le Royaume-Uni.

Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental est en grande partie sous contrôle du royaume marocain depuis 1975. Un cessez-le-feu supervisé par la Minurso est intervenu en 1991.

Mais le Polisario, soutenu par l’Algérie, réclame un référendum d’autodétermination alors que Rabat propose une autonomie sous sa souveraineté.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro