Fermer

Vidéo – La compagnie aérienne Niger Airlines en plein décollage

Niger Airlines, première compagnie du pays. © Capture d'écran : Réussite / Canal +

La compagnie Niger Airlines propose des liaisons aériennes quotidiennes ou hebdomadaires entre Niamey et les autres grandes villes du pays : Agadez, Maradi, Zinder et bientôt Diffa. Montez à bord, avec ce reportage de « Réussite », l'émission coproduite par le groupe Jeune Afrique, Canal + et Galaxie presse.

Relier par les airs les grandes villes du Niger entre elles, et faciliter ainsi les affaires : c’est l’idée qu’a eu Abdoul Aziz Larabou il y a cinq ans, avant de créer Niger Airlines. Cet économiste de formation est aujourd’hui à la tête de la principale compagnie aérienne du pays.

Ses avions relient Niamey, la capitale, à Agadez, ville la plus importante au Nord, Zinder, deuxième ville du pays, Maradi ou encore Maradi et Zinder. Une liaison Niamey-Diffa doit bientôt être mise en place. Autant de vols que les poids lourds du secteur aérien africain n’effectuent pas.

Niger Airlines relie Agadez, Zinder, Maradi, Diffa © Capture d’écran : Réussite / Canal +

Un service qui réduit considérablement les temps de trajet des uns et des autres dans un pays où les routes ne sont pas toujours en bon état. « Avant la compagnie nationale, nous utilisions les moyens terrestres. Aujourd’hui pour aller à Agadez avec l’état des routes, il faut pratiquement deux jours. Maintenant, seulement deux heures sont nécessaire pour faire Niamey-Agadez », témoigne Moussa Sidi Mohamed, président de la Chambre du commerce et de l’industrie du Niger.

Caprices de la météo

C’est toutefois sans compter sur les aléas météorologiques, fréquents au Niger. Les vents et tempêtes de sable,  rendent parfois impossible l’atterrissage des avions de Niger airlines faute de visibilité. Les aéroports nigériens  sont par ailleurs sous-équipés et ne possèdent pas de système fiable pour atterrir dans de tels cas de figure, pointe le directeur de la compagnie aérienne. Ce type de contre-temps peut coûter cher à la compagnie qui doit alors retourner à son point de départ. De plus, les vols internes restent moins rentables que les vols régionaux. Les prix des billets sont par conséquent assez élevés. Un aller-retour Niamey – Agadez peut coûter jusqu’à 240 000 F CFA (366 euros).

Cela n’empêche pas la compagnie d’afficher complet sur beaucoup de ses vols. Elle a ainsi transporté 25 000 personnes depuis sa création, et réalisé un chiffre d’affaire de 2 milliards de F CFA en 2016.

 

 

Réussite est un magazine mensuel économique co-produit par le groupe Jeune Afrique, Canal + Afrique et Galaxie Presse.

Partagez vos réactions sur notre page Facebook ou sur Twitter avec #reussiteCP.

Retrouvez tous les reportages de Réussite en cliquant ici.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro