ONU : l’Arabie saoudite intègre la Commission de la condition des femmes

Dans une rue de Riyadh, en Arabie saoudite, en mars 2014. © Hasan Jamali/AP/SIPA

L'Arabie saoudite a été élue membre de la Commission de la condition des femmes à l'ONU le 19 avril. L'information, révélée en fin de semaine dernière a provoqué l'embarras des services diplomatiques des pays membres du Conseil économique et social de l'ONU.

L’information été révélée le 22 avril par UN Watch, une ONG de défense des droits de l’Homme qui surveille les activités de l’ONU. « Ce n’est pas une blague », ironise le titre de l’article publié sur le site internet de l’organisation.

L’Arabie saoudite, où les femmes n’ont pas le droit de conduire, a bel et bien été élue membre de la Commission de la condition des femmes des Nations unies, indique le communiqué du Conseil économique et social de l’ONU, daté du 19 avril. Pourtant, d’après le site de la commission en question, celle-ci est « dédié(e) exclusivement à la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes ».

Ce pays a été élu, avec douze autres, pour un mandat de quatre ans à compter de l’année 2018.

5 pays européens ont voté pour

« Au moins cinq pays de l’Union européenne ont voté pour l’Arabie Saoudite », a pointé du doigt Hillel Neuer, directeur exécutif de UN Watch, sur son compte Twitter. La Belgique notamment.

D’après la RTBF, le Premier ministre belge Charles Michel a en effet dit « regretter le vote exprimé côté belge » concernant la participation de l’Arabie saoudite, prétextant un manque de temps du côté des diplomates pour réfléchir à la bonne position à adopter sur le sujet.