Fermer

Présidentielle française : pour qui les Français d’Afrique ont-ils voté au premier tour ?

Emmanuel Macron lors d'un meeting à Lyon, le 4 février 2017. © Michel Euler/AP/SIPA

Les expatriés français en Afrique ont plébiscité Emmanuel Macron lors du premier tour de l'élection présidentielle, dimanche dernier. Le candidat d'en Marche ! a su profiter du déclin des partis traditionnels qui raflaient tout jusque-là sur le continent. Une autre première est à noter : Marine Le Pen (Front national) et Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) s'imposent tous deux dans un État.

À l’issue du premier tour de l’élection présidentielle française, Emmanuel Macron, le candidat d’en Marche ! a raflé la première place dans pas moins d’une trentaine de pays du continent. Derrière lui, François Fillon (les Républicains) arrive en tête dans cinq États, suivi de Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) et de Marine le Pen (Front national).

Avec un score final historiquement bas − 6,36% des suffrages −, le candidat du parti Socialiste (PS) Benoît Hamon n’est pas parvenu à marcher dans les traces de François Hollande, qui s’était imposé dans un bon nombre d’États africains en 2012. Tout juste enregistre-il un ex-aequo avec François Fillon en Libye.

Dans les trois pays du Maghreb (Algérie, Tunisie, Maroc), et dans certains pays d’Afrique de l’Ouest − notamment dans ceux qui accueillent le plus grand nombre d’expatriés tel le Sénégal, le Burkina Faso, le Mali −, là ou François Hollande s’était imposé en 2012, c’est le candidat d’en Marche ! qui arrive en tête.

Un succès qui peut sans doute s’expliquer par une configuration assez différente. L’image du PS, en 2012, n’était pas si écornée qu’elle ne l’est en 2017. François Hollande avait su s’imposer comme le principal candidat de la gauche, en dépit des candidatures de Jean-Luc Mélenchon, dont le score était bien en deçà de celui de cette année, et de celle d’Éva Joly (EELV les verts). Par ailleurs, le principal concurrent de François Hollande se nommait Nicolas Sarkozy (UMP à l’époque), Marine Le Pen n’obtenant presque jamais plus de 10% des voix en Afrique. Le vote des expatriés français sur le continent s’était majoritairement dirigé pour les deux principaux candidats.

La Côte d’Ivoire confirme son ancrage à droite

Il est intéressant d’observer que les États remportés par Nicolas Sarkozy en 2012, l’ont été à leur tour par François Fillon en 2017, comme c’est le cas au Congo-Brazzaville (35,8%), en Côte d’Ivoire (40,9%), au Gabon (35,7%), à Maurice (44,68%) ou encore au Nigeria (37,3%). Ces États confirment donc leur ancrage à droite, tandis que le PS a été largement désavoué par ceux qui l’avaient soutenu à la précédente présidentielle.

Pour les résultats de ce premier tour, deux nouveautés sont encore à souligner : arrivée troisième à Djibouti en 2012, Marine le Pen y est cette fois première (27,2%). De son côté, Jean-Luc Mélenchon, lui aussi arrivé troisième au Mozambique lors de la précédente élection, est cette année en tête des suffrages dans ce pays, avec 33, 7% des voix.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici