Fermer

Sahara occidental : le Conseil de sécurité de l’ONU en passe d’adopter une résolution sur la relance des pourparlers

Par Jeune Afrique avec AFP

Dans le camp de réfugiés de Laayoune, dans la région du Sahara occidental, en 2009. © Alfred de Montesquiou/AP/SIPA

Ce jeudi, Le Conseil appellera aussi le Polisario à se retirer immédiatement de la zone de Guergarate. La France est pour, la Russie et l'Uruguay se montrent sceptiques.

Le Conseil de sécurité des Nations unies devrait se prononcer, jeudi 27 avril, sur une résolution visant à appuyer une initiative onusienne pour relancer les pourparlers dans le conflit qui secoue le Sahara occidental depuis plusieurs décennies, selon des diplomates.

Guergarate, la priorité

Le projet de résolution, consulté par l’AFP, ferait ainsi pression sur le Front Polisario pour qu’il retire immédiatement ses combattants de la zone tampon jouxtant la localité de Guergarate après le retrait des troupes marocaines en février.

Les États-Unis ont fait circuler ce texte, lundi 24 avril, auprès des quinze membres du Conseil, après des consultations avec la France, la Russie et le Royaume-Uni. Cette résolution prolongerait également d’un an le mandat de la mission de maintien de la paix de l’ONU sur place.

Nouvel élan

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a informé le Conseil il y a deux semaines de sa volonté de proposer une nouvelle issue diplomatique et promouvoir une « nouvelle dynamique » pour résoudre ce litige territorial.

« Il est temps en effet de regarder vers l’avenir et de relancer les négociations, c’est ce que nous souhaitons », a déclaré, mardi 25 avril, François Delattre, ambassadeur de France à l’ONU, à des journalistes à l’issue d’une réunion du Conseil consacrée au projet de résolution.

Saluant ce qu’il a qualifié de « nouvel élan » pour les tractations, Delattre a estimé que le départ du Front Polisario de la bande tampon de Guerguerat, près de la frontière mauritanienne, devait être une priorité.

Un projet déséquilibré 

Mais la Russie et l’Uruguay ont estimé que le projet de résolution était déséquilibré« Il est très déséquilibré dans la façon dont il traite le Polisario », a relevé Elbio Rosselli, ambassadeur uruguayen, reprochant aussi au texte de ne pas donner le contexte général de « comment nous en sommes arrivés où nous en sommes ».

L’émissaire de l’ONU pour le Sahara occidental, Christopher Ross, a démissionné le mois dernier, après huit ans passés à tenter de trouver une issue au conflit. Cette démission est intervenue à la suite de tensions avec le Maroc, qui l’a accusé de parti pris pour le Front Polisario. L’ancien président allemand Horst Kohler a été cité comme un successeur potentiel.

Le projet de résolution appelle les deux parties à « reprendre les négociations » en ayant pour objectif de parvenir à « une solution équitable, durable et mutuellement acceptable ».

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro