Compaoré, Habré… quels ex-chefs d’État africains ont déjà eu affaire à la justice ?

Le 11 avril dernier une délégation de la CODER s'est rendue à Abidjan pour visiter l'ancien président exilé Blaise Compaoré, ici le 29 juin 2011 à Malabo. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Reporté d'une semaine, le procès de l'ancien président burkinabè Blaise Compaoré, soupçonné d'être impliqué dans la répression de l'insurrection populaire de 2014, doit s'ouvrir jeudi 4 mai à Ouagadougou. Avant lui, près de 20 autres ex-chefs d'État africains ont eu maille à partir avec la justice nationale ou internationale.

Sans surprise, Blaise Compaoré ne compte pas se présenter, le jeudi 4 mai, devant la Haute Cour de justice du Burkina Faso. En exil dans la Côte d’Ivoire voisine, l’ex-chef d’État, jugé au titre de ministre de la Défense au moment des faits, sera représenté par son avocat français Pierre Olivier Sur à l’ouverture du procès du gouvernement Tiao sur la répression sanglante de l’insurrection populaire d’octobre 2014 à Ougadougou.

Mais un ancien président africain absent du box des accusés alors qu’il est poursuivi, c’est loin d’être la règle. Sur les 20 cas répertoriés par Jeune Afrique (voir l’infographie ci-dessous), 13 ex-chefs d’État, y compris l’empereur centrafricain Jean Bedel Bokassa, ont dû comparaître devant la justice nationale, africaine ou internationale. Hissène Habré a par exemple été condamné à perpétuité pour crimes contre l’humanité, jeudi 27 avril, en appel par les Chambres africaines extraordinaires à Dakar.

Crimes de sang… et autres

À l’instar d’autres anciens chefs d’État du continent, Blaise Compaoré est quant à lui poursuivi, avec ses co-accusés, pour des faits de « complicité de coups et blessures volontaires et complicités d’homicide volontaire » pour avoir incité « les forces de défense et de sécurité à tirer à balles réelles sur des manifestants les 30, 31 octobre et 2 novembre 2014 occasionnant sept morts et 88 blessés ».

En dehors des crimes de sang − qui regroupent généralement tortures, meurtres et assassinats −, d’anciens dirigeants du continent ont souvent été poursuivis pour des crimes économiques (détournement de fonds publics, corruption…), politiques (tentative d’assassinat ou de coup d’État, atteinte à la sûreté de l’État…), et sexuels, voire pour espionnage ou refus de témoigner (devant la Commission sud-africaine Vérité et Réconciliation).

Certains ont été condamnés à mort, d’autres à vie, aux travaux forcés ou à des peines de prison… Mais quelques-uns ont également été blanchis ou acquittés, graciés ou amnistiés. Autant de cas que vous pouvez survoler en quelques clics grâce à notre application ci-dessous.

Si vous consultez cet article depuis un mobile, baladez votre doigt sur la partie droite de l’infographie, puis cliquez sur les rubriques pour en savoir plus.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici