Fermer

Togo : la fibre optique est inaugurée dans les administrations

Par - Correspondant à Lomé

Ministère de la ville de Lomé, le 10 mai 2014. © Jacques TORREGANO pour Jeune Afrique

Au terme de trois ans de travaux, le projet e-gouvernement qui relie par le fibre optique les bâtiments publics de Lomé et Kara (au nord) a été officiellement inauguré lundi.

« La route a été longue », témoigne presque soulagé un des responsables du projet e-gouvernement après la coupure du ruban symbolique du centre d’opération du réseau (NOC), qui servira de centre de gestion de données, lundi 24 avril par le chef de l’État togolais, Faure Gnassingbé.

Le réseau eGouv, dont les travaux ont été lancés en juin 2014, met à disposition de l’administration les outils nécessaires pour se moderniser. Le réseau déploie 250 km de fibre optique desservant 560 bâtiments publics dans les deux principales villes du pays (Lomé et Kara).

Tous les bâtiments des ministères sont raccordés ainsi que les institutions de la République (Cour des comptes, Assemblée nationale, Cour constitutionnelle), 35 % des établissements publics d’enseignement secondaire à Lomé et tous les centres hospitaliers universitaires. Il s’agit donc d’un internet haut débit (100 MBPS) apporté par la fibre optique jusqu’à chacun des bâtiments publics.

Le réseau veut donner aux administrations les moyens de communiquer, d’échanger, et de partager des informations entre elles et avec les citoyens à travers les sites web dédiés et une messagerie gouvernementale plus sécurisée.

Sur un prêt de China Exim Bank

Le projet a été financé par un prêt de China Exim Bank pour un montant de 15 milliards de francs CFA (22,8 millions d’euros). « Le réseau eGouv est l’infrastructure de base nécessaire au développement ultérieur d’une multitude d’applications de e-administration, e-santé, e-sécurité, e-commerce, etc. », a indiqué Cina Lawson, la ministre en charge des Postes et de l’Économie numérique.

En janvier, l’exécutif togolais s’est doté de plusieurs outils sur internet : togo.gouv.tg, le portail du pays qui contient des informations relatives aux institutions, aux régions du pays ; service-public.gouv.tg qui recense les démarches administratives ;  data.gouv.tg, le site regroupant des données administratives mises à disposition du public ; ou encore jo.gouv.tg, le journal officiel.

Le réseau eGouv s’ajoute à ces outils. En attendant la prochaine étape : l’archivage numérique et la dématérialisation des procédures administratives.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici