Cameroun : le journaliste de RFI Ahmed Abba condamné à 10 ans de prison

Par Jeune Afrique avec AFP

Ahmed Abba, correspondant de Radio France internationale (RFI), le 30 juillet 2016 à Maroua au Cameroun. © AFP

Le correspondant de RFI en langue haoussa au Cameroun, Ahmed Abba, a été condamné à 10 ans de prison ferme pour "non-dénonciation d'actes de terrorisme et blanchiment d'actes de terrorisme" par le tribunal militaire de Yaoundé.

« Ahmed Abba est déclaré non coupable d’apologie du terrorisme, coupable des faits de non-dénonciation d’actes de terrorisme, et blanchiment d’actes de terrorisme », a déclaré le président du tribunal, lundi 24 avril dans l’après-midi.

Le journaliste est condamné à « 10 ans de prison ferme avec mandat d’arrêt à l’audience », assorti d’une amende de 55 700 000 F CFA (environ 85 000 euros), a-t-il ajouté, précisant qu’en cas de non-paiement de l’amende, il pourrait faire cinq ans de prison supplémentaires.

Peine de mort requise

Le verdict, attendu le 20 avril, a été reporté de quatre jours. Le parquet du tribunal militaire avait requit la peine de mort contre Ahmed Abba. Ses avocats, qui clament son innocence, ont décidé de faire appel.

Le correspondant de RFI avait été arrêté fin juillet 2015 à Maroua, dans l’extrême-nord du Cameroun, avant d’être transféré à Yaoundé où il est détenu depuis. Le parquet estime qu’il a « collaboré » avec des islamistes de Boko Haram, bien qu’Ahmed Abba ait toujours clamé son innocence.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici