Fermer

Depuis Djibouti, le chef du Pentagone appelle la France à poursuivre ses opérations militaires dans le Sahel

Par Jeune Afrique avec AFP

Le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, lors d'un point presse au Pentagone, le 11 avril 2017. © Carolyn Kaster/AP/SIPA

En visite ce dimanche à Djibouti, le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, a exprimé publiquement son souhait de voir la France continuer à mener le combat contre les réseaux extrémistes dans la région du Sahel.

Les Français « ont toujours prouvé qu’ils étaient là quand il fallait faire face » aux réseaux extrémistes, a déclaré Jim Mattis lors d’un point presse dimanche 23 avril depuis la seule base militaire américaine sur le continent africain. La base américaine de Camp Lemonnier accueille environ 4 000 militaires et contractuels américains, selon le Pentagone.

« Je ne doute pas que les Français continueront de prendre les meilleures décisions pour leur propre intérêt, et que les terroristes n’auront pas à se réjouir de ces décisions » après l’élection présidentielle en France, a t-il poursuivi.

Soutien logistique

Les États-Unis soutiennent l’opération militaire française Barkhane dans cinq pays du Sahel (Mauritanie, Mali, Tchad, Niger, Burkina Faso), laissant à la France la tâche de mener le combat contre les groupes islamistes radicaux dans cette région avec les alliés africains.

Les États-Unis ont notamment apporté du ravitaillement aérien pour les avions français et échangent du renseignement avec les Français.

À Djibouti, le secrétaire américain à la Défense a rencontré le président, Ismaël Omar Guelleh, et s’est entretenu avec des responsables militaires américains, dont le général Thomas Waldhauser, le chef des forces américaines en Afrique. Il a aussi salué des militaires de la base française voisine.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici