Fermer

Présidentielle française : Emmanuel Macron arrive en tête, suivi de Marine Le Pen

Par AFP

Emmanuel Macron à Paris le 23 avril 2017. © Christophe Ena/AP/SIPA

Le jeune centriste pro-européen Emmanuel Macron est arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle avec 23,75% des voix. Il affrontera au second tour la candidate du Front National (FN) Marine Le Pen qui a été créditée dimanche de 21,53% des suffrages. En cas de victoire au second tour prévu le 7 mai, il deviendrait ainsi à 39 ans le plus jeune président de la République de l'histoire, devant Louis-Napoléon Bonaparte.

Favori du premier tour de l’élection présidentielle, favori il restera pour le second. Arrivé en tête des suffrages dimanche 23 avril avec 23,75% des voix, l’ancien ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, 39 ans, affrontera  lors du second tour de l’élection présidentielle prévu le 7 mai, la candidate du Front National (FN), Marine Le Pen, 49 ans, qui a obtenu 21,53%. Suivent François Fillon (Les Républicains) et Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise), respectivement troisième et quatrième du scrutin avec 19,91% et 19,64%.

La participation à 70 %

Alors que les sondeurs anticipaient une abstention record, le scrutin a mobilisé les Français : le taux de participation devrait avoisiner 78,69%, selon les résultats quasi définitifs

Le niveau de mobilisation des quelque 47 millions d’électeurs était l’une des clés du scrutin, alors qu’un sur quatre se disait encore indécis ces derniers jours.

Trois jours après une attaque revendiquée par le groupe jihadiste État islamique sur l’avenue parisienne des Champs-Elysées, qui a coûté la vie à un policier, 50 000 policiers et 7 000 militaires avaient été déployés pour assurer la sécurité du scrutin.

Visée depuis janvier 2015 par une série d’attaques jihadistes qui ont fait 239 morts, la France organisait cette présidentielle pour la première fois sous le régime de l’état d’urgence.

Le président socialiste François Hollande, affaibli par une impopularité record, ne se représentait pas après cinq ans au pouvoir et un bilan critiqué jusque dans son camp, notamment dans la lutte contre le chômage.

Pari gagné

La campagne présidentielle française a été riche en coups de théâtre et la plupart des ténors qui occupaient la scène politique depuis des années sont tombés les uns après les autres. Parmi eux, l’ex-président Nicolas Sarkozy et les anciens Premiers ministres conservateur Alain Juppé et socialiste Manuel Valls.

Les débats de fond ont été éclipsés pendant des mois par les affaires touchant notamment François Fillon, exclu du deuxième tour de la présidentielle. Ce dernier avait dévissé dans les sondages après la révélation fin janvier de soupçons d’emplois fictifs au Parlement au bénéfice de sa femme et de ses enfants, suivie de son inculpation pour détournement de fonds publics.

À 39 ans, Emmanuel Macron, qui se présentait pour la première fois à une élection, a gagné son pari.

Inconnu des Français il y a encore trois ans, il a mené campagne sur une ligne pro-européenne et un programme libéral, tant en économie que sur les questions de société.

Rejet des partis traditionnels

Ovni de la campagne, cet ancien conseiller de François Hollande puis ex-ministre de l’Économie (2014-2016) a construit la popularité de son mouvement « En Marche! », qui se veut « et de droite et de gauche », sur le rejet des partis traditionnels et le désir de renouvellement exprimés par les Français.

À 48 ans, Marine Le Pen, présidente du parti Front national, était donnée en tête du scrutin encore récemment par de nombreux instituts de sondage. Elle a semblé profiter de la vague populiste qui a porté Donald Trump à la Maison Blanche et conduit la Grande-Bretagne à voter pour la sortie de l’Union européenne.

Celle qui se définit comme une « patriote » veut en finir avec l’euro et la libre circulation dans l’espace européen de Schengen. Elle est visée par une enquête pour des soupçons d’emplois fictifs de collaborateurs de son parti au Parlement européen.

Les déboires de Fillon

François Fillon, 63 ans, ex-Premier ministre (2007-2012), n’est pas dans le duo de tête. Libéral assumé porteur d’un programme de coupes budgétaires, il avait vu ces derniers mois dans ses déboires judiciaires un « scandale démocratique » et un « complot », voire l’oeuvre d’un « cabinet noir » au sommet de l’Etat décidé à lui nuire.

Autre candidat en échec alors que certains le voyaient au deuxième tour, Jean-Luc Mélenchon, 65 ans, ex-socialiste devenu l’étendard de la gauche radicale sous le slogan de la « France insoumise », était un adepte revendiqué du « parler dru et crû », populiste de gauche pour ses adversaires, défenseur du peuple contre l’oligarchie pour ses partisans.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro