Fermer

Égypte : visite en Arabie saoudite du président Sissi

Par AFP

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi s'adressant au Parlement au Caire, le 13 février 2016. © AP/SIPA

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a entamé dimanche à Riyad une visite en Arabie saoudite, signe d'un réchauffement des relations entre les deux pays après une période de tension.

Le roi Salmane, entouré des principaux responsables saoudiens, a accueilli Abdel Fattah al-Sissi à sa descente d’avion et a ensuite offert un déjeuner en son honneur, a rapporté l’agence officielle saoudienne SPA, qui ne précise pas la durée de la visite.

La présidence égyptienne a indiqué samedi que la « lutte contre le terrorisme, qui menace désormais la sécurité et la stabilité de la nation arabe voire de la communauté internationale dans son ensemble » sera au cœur des discussions en Arabie saoudite.

« Renforcer des relations privilégiés »

La visite souligne, selon la même source, la volonté des deux pays de « renforcer leurs relations privilégiées dans différents domaines ».

Après plusieurs mois de tensions entre leurs deux pays, les dirigeants des deux puissances régionales s’étaient rencontrés fin mars en marge du sommet arabe en Jordanie.

Dix jours auparavant, l’Arabie saoudite avait repris ses livraisons de pétrole à l’Égypte interrompues brutalement en octobre 2016.

La pierre d’achoppement syrienne

Ces livraisons de pétrole avaient été suspendues au moment où les deux pays avaient fait éclater leur désaccord au sujet du conflit en Syrie.

Le Caire s’est rapproché de la Russie, alliée du président syrien Bachar el-Assad, tandis que Riyad soutient des groupes d’opposition au régime syrien.

Peu avant l’arrêt des livraisons, l’Égypte avait d’ailleurs voté en faveur d’une résolution sur la Syrie proposée par Moscou à l’ONU, à laquelle Riyad s’opposait fermement.

La souveraineté contestée de deux îlots

Par ailleurs, un accord signé en avril pour la rétrocession de deux îlots de la mer Rouge à l’Arabie saoudite a aussi été compromis par une décision de justice égyptienne, ajoutant à la tension.

Mais la justice égyptienne a invalidé le 2 avril une décision s’opposant à cette rétrocession, voulue par le gouvernement égyptien mais très critiquée dans le pays et qui a fait l’objet d’une série de décisions de justice contradictoires ces derniers mois.

Riyad avait apporté un soutien sans faille à Abdel Fattah al-Sissi, artisan de la destitution en 2013 du président islamiste Mohamed Morsi, versant des milliards de dollars d’aide au Caire.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici