Fermer

Burkina : 4 000 morts du paludisme dont 3 000 enfants en 2016

Par AFP

Le paludisme est un parasite transmis par l'anophèle femelle. © James Gathany / AP / SIPA

L'an dernier, le paludisme a tué 4 000 personnes, dont 3 000 enfants, au Burkina et est la "première cause de consultation, d'hospitalisation et de décès", a-t-on appris dimanche auprès du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP).

Au cours de « l’année 2016, nous avons enregistré environ 9,8 millions de cas de paludisme et déploré malheureusement 4 000 décès dont 3 000 chez les enfants de moins de 5 ans », a indiqué le coordonnateur du PNLP, le Dr Yacouba Sawadogo, en prélude à la journée mondiale contre le paludisme, le 25 avril.

2 millions de cas de paludisme

Malgré une baisse de 1,2 % des décès (plus de 5 000 morts en 2015), le paludisme « demeure la première cause de consultation, d’hospitalisation et de décès dans notre pays », a-t-il relevé, précisant que « pour les trois premiers mois de l’année 2017, nous sommes à environ 2 millions de cas de paludisme avec 680 décès ».

Sur la période 2015-2017, le PNLP a élaboré un plan stratégique doté de 41 milliards de francs CFA (63 millions d’euros) pour « contenir la maladie » dans ce pays pauvre d’Afrique de l’ouest.

« Notre ambition est de couvrir le territoire national »

Cela consiste notamment « à donner des médicaments aux enfants de 3 mois à 5 ans pour les prémunir du paludisme pendant la saison de haute transmission, à savoir les mois de juillet, août, septembre et octobre », a souligné le docteur.

Au cours de l’année 2016 « nous avons pu mettre en oeuvre cette intervention dans 54 districts et notre ambition est couvrir le territoire national » en 2017, a-t-il souligné.

Le PNLP mènera une opération de pulvérisation contre les moustiques, dans quatre districts sanitaires en attendant un soutien de partenaires financiers pour en couvrir davantage, a conclu le Dr Sawadogo.

Distribution de moustiquaires

Pour contrer la malaria, transmise par les moustiques, les autorités burkinabè procèdent depuis 2010 à des campagnes de distribution gratuite de moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action.

Prévue en 2019, la quatrième campagne permettra de distribuer gracieusement plus de 10 millions de moustiquaires imprégnés.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro