Fermer

Maroc : manoeuvres militaires avec les États-Unis dans le Sud

Par AFP

Cérémonie de prestation de serment d’officiers frais émoulus, devant le palais royal de Tétouan, le 31 juillet. © DN photography

Plus d'un millier de militaires américains, marocains, européens et africains mènent jusqu'au 28 avril un important exercice militaire conjoint dans le sud du Maroc, a-t-on appris de sources concordantes.

L’exercice « African Lion 2017 » (AL17), un traditionnel rendez-vous annuel, est l’occasion « d’organiser des formations conjointement avec nos partenaires marocains » et a notamment pour objectif « d’améliorer les capacités opérationnelles » de l’armée américaine, a indiqué l’ambassade des États-Unis à Rabat dans un communiqué.

1 300 soldats de six nationalités

Au total, 1 300 militaires y participent, en majorité américains et marocains, selon l’armée américaine. Des éléments français, britanniques, espagnols et allemands prennent aussi part aux exercices, au côté de soldats du Sénégal, du Mali, de Mauritanie et de Tunisie.

Le forum internet Far-Maroc, spécialisé dans les questions de défense et le suivi des Forces armées royales (FAR), a relayé des photos de l’arrivée des soldats américains.

La grande muette

L’armée marocaine garde habituellement la plus grande discrétion sur ses activités. Elle est très présente au Sahara occidental, ex-colonie espagnole contrôlée depuis 1975 par Rabat, et dont le Front Polisario réclame l’indépendance.

Dans le monde, elle est actuellement déployée dans plusieurs opérations de maintien de la paix pour l’ONU (notamment en Centrafrique et en République démocratique du Congo), et est engagée dans la coalition menée par l’Arabie saoudite contre les rebelles Houthis au Yémen. Elle soutient également la coalition internationale contre le groupe jihadiste État islamique.

Un budget de 3,4 milliards de dollars

L’armée marocaine compte environ 200 000 militaires et 150 000 réservistes et possède 1 215 chars, 282 aéronefs et 121 navires, pour un budget global de 3,4 milliards de dollars, selon le site spécialisé Global Firepower. Les FAR constituent la septième puissance militaire en Afrique d’après ce site.

Le Maroc est par ailleurs un important acheteur d’armes à l’étranger – le 17e dans le monde selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) -, avec les États-Unis et la France comme principaux fournisseurs.