RDC : le gouvernement sud-africain fait appel d’une décision favorable à l’asile du pasteur Mukungubila

Paul-Joseph Mukungubila, sur sa page Facebook. © DR

Le ministère des Affaires intérieures sud-africain a indiqué mardi qu'il avait fait appel de la décision de justice donnant un avis favorable à la demande d'asile du pasteur Joseph Mukungubila en Afrique du Sud. Celui-ci est considéré comme l'instigateur présumé des attaques du 30 décembre 2013, qui avaient fait plusieurs mort à Kinshasa, et dans deux autres villes du pays.

Dans un communiqué publié sur son site mardi 18 avril, le ministère des Affaires intérieures sud-africain explique avoir fait appel de la décision rendue par la Haute Cour de justice de Pretoria le 13 avril. Celle-ci demande aux autorités sud-africaines de donner un avis favorable à la demande d’asile politique du pasteur Joseph Mukungubila.

Demande rejetée

La veille, celui qui se fait appeler le « prophète de l’Éternel » avait déclaré, via son porte-parole, qu’il « avait obtenu l’asile politique suite à une décision rendue le 30 mars ». Le pasteur Joseph Mukungubila avait en effet saisi la justice sud-africaine après que le ministère des Affaires intérieures a rejeté sa demande d’asile politique.

Pour l’heure, la demande d’appel du gouvernement sud-africain est en cours d’examen, poursuit le communiqué du ministère, précisant que si cette demande est acceptée, le jugement de la Haute Cour de Justice de Pretoria serait suspendu.

Poursuites de la RDC

Soupçonné d’être le commanditaire des attaques du 30 décembres 2013 contre plusieurs lieux stratégiques de Kinshasa, Kolwezi et Kindu, le pasteur Mukungubila s’était rapidement exilé en Afrique du Sud, y déposant une demande d’asile le 5 mars 2014.

Recherché par la RDC − une demande d’arrestation pour extradition, émise par les autorités congolaises, avait été diffusée par Interpol − le chef de « l’Église du Seigneur Jésus-Christ » était arrêté, deux mois plus tard, le 15 mai 2014, à Johannesburg.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici