États-Unis : le mari de la juge Abdus-Salaam, retrouvée morte dans le fleuve Hudson, ne croit pas au suicide

La juge Sheila Abdus-Salaam, durant la cérémonie de prestation de serment, le 20 juin 2013 à la Cour d'appel de New York. © Hans Pennink/AP/SIPA

Dans une déclaration écrite adressée à un média américain, le mari de la juge Sheila Abdus-Salaam, retrouvée morte le mercredi 12 avril, flottant sur le fleuve Hudson, à New York, a rejeté la thèse du suicide, privilégiée par la police dans les heures qui ont suivi la découverte du corps.

« Ces informations reposent souvent sur des commentaires sans valeur concernant la santé mentale de ma femme et de son état émotionnel au moment de sa mort », a affirmé le révérend Gregory Jacobs, mercredi 19 avril, dans une déclaration écrite adressée à la chaîne de télévision américaine NBC News.

C’est la première fois, depuis l’annonce de la mort de la juge Sheila Abdus-Salaam, dont le corps a été découvert il y a une semaine, flottant sur le fleuve Hudson, à Harlem, que son mari s’exprime publiquement.

« Ceux d’entre nous qui aimaient Sheila et la connaissaient bien ne croient pas à toutes conclusions infondées déconnectées de la réalité », ajoute le révérend Jacobs qui officie dans le diocèse de Newark, dans le New Jersey (nord-est).

Appel à témoins

Durant les premières heures qui ont suivi cette découverte macabre, la police privilégiait la thèse du suicide. Mais, 48h après, les enquêteurs n’avaient toujours pas tiré de conclusion ferme et définitive sur les circonstances de sa mort, jugée suspecte.

« Je me joins à la police de New York pour demander à toute personne du quartier détenant une information qui pourrait nous aider à déterminer ce qui s’est passé les heures qui ont précédé sa mort, de se manifester », a prié le révérend.

La veille, la police de New York a posté appel à témoin sur son compte Twitter, accompagné de la description détaillée de son habillement lorsque son corps a été retrouvé. Les enquêteurs sont également à la recherche de vidéos de surveillance pour tenter de reconstituer le chemin emprunté par  Sheila Abdus-Salaam avant sa mort.

Sa famille rejette les rumeurs

Dans une déclaration, citée par la chaîne de télévision NBC News, la famille Turner a précisé que « Sheila Abdus-Salaam (née Sheila Turner, NDLR) n’avait pas pratiqué la religion musulmane ces vingt dernières années. Elle continue de porter le nom de son premier mari à titre professionnel », ajoute son entourage pour nuancer les déclarations faites à l’annonce de sa mort, présentant la juge comme la première femme musulmane à occuper cette fonction.

Sa famille a par ailleurs rejeté les rumeurs de suicide courant sur ses proches. « La mère de Sheila, la matriarche de notre famille est décédée à l’âge de 92 ans en 2012, ne s’est pas ôtée la vie », indiquent ses proches dans cette même déclaration, ajoutant : « Le petite-frère de Sheila, décédé en 2014, a perdu sa bataille contre un cancer du poumon en phase terminale ».

Depuis 2013, Sheila Abdus-Salaam était l’une des sept juges de la Cour suprême d’appel de New York. L’annonce de sa mort la semaine dernière a ébranlé le milieu politique et judiciaire new-yorkais.