Ebola : cinq nouveaux cas par heure en Sierra Leone ?

Par Jeune Afrique

Cinq nouveaux cas se déclareraient chaque heure en Sierra Leone. © AFP

La progression d'Ebola n'en finit plus d'affoler à travers le monde. Jeudi, une conférence s'est ouverte à Londres afin d'appeler la communauté internationale à accroître son aide financière face à une épidémie qui toucherait cinq nouvelles personnes par heure en Sierra Leone.

À l’initiative du Royaume-Uni, qui s’est déjà engagé à donner 120 millions de livres, un appel a été lancé depuis Londres jeudi 2 octobre à la communauté internationale afin qu’elle augmente son aide financière dans la lutte contre le virus Ebola qui a fait au moins 3338 morts en Afrique de l’Ouest.

>> Accédez à notre carte interactive sur 40 ans d’épidémies Ebola en Afrique en cliquant sur le visuel ci-dessous :

Quelque 7178 cas ont été diagnostiqués, selon un bilan établi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 28 septembre, principalement en Sierra Leone, en Guinée et au Liberia. Cinq personnes seraient notamment contaminées par le virus toutes les heures en Sierra Leone.

L’OMS a cependant indiqué que le nombre de nouveaux cas était en baisse pour la deuxième semaine consécutive, ajoutant que son dernier bilan était très certainement inférieur à la réalité. L’organisation "Save the Children" a quant à elle rappelé que 765 nouveaux cas avaient été signalés en Sierra Leone la semaine dernière alors que seulement 327 lits étaient mis à disposition.

"Perspective effrayante"

Le Royaume-Uni s’est engagé à débloquer 125 millions de livres pour aider à mettre en place l’équivalent de 700 lits d’hôpitaux et financer de nouveaux centres de traitement. Un montant qui comprend toutefois notamment ses dépenses en matière logistique.

"Nous sommes devant la perspective effrayante d’une épidémie qui se propagerait comme une traînée de poudre, avec un nombre de nouveaux cas doublant toutes les trois semaines", a souligné Rob MacGillivray, responsable de Save the children Sierra Leone.

Essai clinique en cours

L’étendue de cette crise "pourrait être liée à la baisse de l’aide internationale octroyée aux systèmes de santé de ces deux pays, qui comptent parmi les plus pauvres et les moins développés au monde", a déclaré Malcolm Bruce, qui préside la Commission parlementaire sur le développement international.

Il n’existe actuellement aucun médicament ni vaccin homologué contre Ebola. Un essai clinique avec un vaccin prometteur est en cours aux États-Unis depuis début septembre et pourrait être prêt en 2015.

(Avec AFP)