Nigeria : l’épidémie de méningite a fait 745 morts

Par Jeune Afrique avec AFP

Au Nigeria, près de 420 000 personnes ont récemment été vaccinées contre la méningite. © Teseum/CC/Flickr

L'épidémie de méningite qui frappe le nord du Nigeria depuis cinq mois a fait 745 morts, selon le Centre national nigérian de surveillance des maladies (NCDC) qui s'est exprimé ce mercredi sur le sujet.

« Au total, 745 décès ont été enregistrés » sur plus de 8 000 cas suspects recensés, rapporte un communiqué du NCDC publié ce mercredi 19 avril. Et ce malgré une vaste campagne de vaccination lancée par les autorités le 5 avril. Le dernier bilan, datant du 12 avril, faisait état de 489 morts.

L’immense majorité des cas suspects (93%) ont été recensés dans cinq États du nord du Nigeria: Zamfara − là où la première vague de méningite est apparue, entre le 12 et le 18 décembre 2016 −, Sokoto, Katsina, Kebbi et Niger.

Le NCDC et ses partenaires expliquent dans leur communiqué avoir mis en place « une surveillance renforcée pour détecter et signaler rapidement de nouveaux cas, vacciner les populations les plus à risque et traiter les personnes diagnostiquées porteuses de la maladie ».

Des réunions ont également eu lieu entre les gouverneurs des États touchés, les autorités fédérales et les chefs traditionnels du Nord, pour convenir des campagnes de prévention et de sensibilisation à mener localement afin de stopper l’épidémie.

Près de 420 000 personnes ont déjà été vaccinées et le Nigeria devait encore recevoir 823 000 doses de vaccins en provenance de Grande-Bretagne pour poursuivre sa campagne, selon les déclarations du secrétaire d’État en charge de la Santé, Osagie Ehanire, mi-avril.

Les enfants sont les plus touchés

Les épidémies de méningite ne sont pas rares au Nigeria, géant ouest-africain de 190 millions d’habitants, qui se situe sur la ceinture de la méningite. Celle-ci court du Sénégal à l’Ethiopie. Toutefois, des tests en laboratoire ont confirmé que cette méningite était d’un nouveau type. C’est la première fois qu’elle se déclare sous la forme d’une épidémie dans le pays.

Les enfants de 5 à 14 ans sont les plus touchés et représentent environ la moitié des cas recensés, a fait savoir le 24 mars l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

La méningite à méningocoques se transmet par la toux et les éternuements, notamment dans les zones surpeuplées. La maladie provoque une inflammation aiguë des couches externes du cerveau et de la moelle épinière.

En 2015, plus de 13 700 personnes avaient été infectées par la méningite et plus de 1 100 étaient mortes lors d’une flambée au Nigeria et au Niger voisin.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici