Fermer

Maroc : l’Essec se dédouble à Rabat

Un aperçu en 3D du campus de l'Essec à Rabat, au Maroc. © Essec

Comme nombre d'autres grands établissements français, la prestigieuse école de Cergy-Pontoise (Île-de-France) ouvre en fin de semaine un campus au Maroc pour attirer les étudiants africains.

« Nos offres de Rabat et de Cergy-Pontoise seront pratiquement identiques », lance Thierry Sibieude, directeur de l’Essec Afrique-Atlantique. Mêmes diplômes, même niveau d’équipement, mêmes examens avec les mêmes correcteurs, c’est presque un double du campus français de l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec) qui ouvre ses portes ce vendredi 21 avril dans un complexe résidentiel de luxe à Sidi-Bouknadel.

La première promotion ne comptera que 15 étudiants, mais le site situé à 30 kilomètres au nord de Rabat et construit sur plus de 6 000 m², dont plus de 2 000 m² de logements universitaires, accueillera à terme 480 étudiants marocains et subsahariens. Les bacheliers du royaume ou internationaux y seront admis sur dossier, tandis que les détenteurs d’un baccalauréat français devront passer par un concours d’entrée.

Mais les étudiants venus de Cergy pourront aussi être accueillis à Rabat dans le cadre de la mobilité internationale. « L’objectif est de permettre à tous nos étudiants d’aborder l’ensemble des grands défis du développement du continent ainsi que les enjeux économiques internationaux », fait valoir Thierry Sibieude.

Des binômes

Les cours seront assurés en binômes par des professeurs venus de Cergy et par des professionnels marocains qui adapteront les contenus au contexte local. « Nous comptons pour cela sur notre réseau d’anciens, qui ont atteint un niveau de responsabilité très élevé », assure le directeur.

La formation s’articulera en un programme généraliste, le Global BBA (Bachelor of Business Administration), et des programmes thématiques autour de sujets comme les systèmes de santé (en partenariat avec l’université Mohammed-VI de Casablanca), l’industrialisation, avec un master excellence opérationnelle (en partenariat avec Centrale Casablanca), ou les infrastructures. « On a aussi un projet de management de ressources humaines », ajoute Thierry Sibieude.

Parmi ses offres, la business school propose par ailleurs un Executive MBA et de la formation continue, notamment autour d’un master Management des villes, des territoires et de l’immobilier, dispensé avec l’Université internationale de Rabat depuis novembre 2016.

L’Essec à Maurice

Alors que d’autres grandes écoles françaises, à l’instar de HEC ou de Paris-Dauphine, ont également ouvert leur campus marocain il y a quelques mois, pour proposer de la formation continue, Thierry Sibieude assure que les formations de l’Essec seront « plus complètes et plus ambitieuses ».

Déjà présente à Singapour depuis 2015, l’école poursuit avec ce nouveau campus sa stratégie d’internationalisation : elle s’installera également à Maurice en septembre 2017. Soit deux implantations en deux points opposés de l’Afrique. « On veut vraiment être un acteur majeur qui répond aux besoins du continent en formant des managers opérationnels », conclut Thierry Sibieude.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro