Fermer

Nigeria : le gouvernement dit négocier la libération des lycéennes de Chibok

Par Jeune Afrique avec AFP

Mère d'une lycéenne enlevée par Boko Haram le 19 mai 2014, à Chibok, dans le nord-est du Nigeria. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Le 14 avril 2014, il y a presque jour pour jour trois ans, la secte islamiste Boko Haram enlevait 270 lycéennes à Chibok, dans le nord-est du Nigeria. Le gouvernement nigerian a annoncé ce jeudi négocier la libération des jeunes filles toujours aux mains du groupe terroriste.

Le gouvernement nigérian a annoncé jeudi 13 avril négocier la libération des lycéennes de Chibok encore retenues, trois ans après leur enlèvement, par la secte islamiste Boko Haram.

Selon un communiqué du président nigérian Muhammadu Buhari, relayé par l’AFP, le gouvernement serait « en contact constant, via des négociations [et] des activités de renseignement, pour obtenir la libération des dernières filles et autres personnes enlevées ».

Boko Haram a enlevé quelque 270 lycéennes en avril 2014 à Chibok, dans le nord-est du Nigeria, et près de 200 d’entre elles manquent toujours à l’appel. Une vingtaine ont été libérées en octobre grâce à l’intervention du Comité international de la Croix Rouge. D’autres ont réussi à s’échapper.

 

 

Au début du mois d’avril, la secte islamiste a par ailleurs kidnappé 22 femmes dans le nord-est du pays.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro