Fermer

Dortmund-AS Monaco : le duel Aubameyang-Mbappé vu par Patrick Mboma

Pierre-Emerick Aubameyang, Kamil Glik, Sokratis Papastathopoulos et Kylian Mbappe lors du match Borussia Dortmund-AS Monaco du mercredi 12 avril 2017, à Dortmund. © Martin Meissner/AP/SIPA

Mercredi soir, Monaco s’est imposé (3-2) chez le Borussia Dortmund en quart de finale aller de la Ligue des Champions. Si le Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang n’a pas marqué, Kylian Mbappé, l’attaquant français d’origine camerounaise, a inscrit un doublé. Patrick Mboma, l’ancien buteur des Lions Indomptables, analyse pour Jeune Afrique la prestation des deux joueurs.

Jeune Afrique : La prestation de Pierre-Emerick Aubameyang, plutôt moyenne, s’explique-t-elle en partie par le contexte qui a entouré ce match, reporté à mercredi après l’attaque aux explosifs qui a visé le bus des joueurs la veille ?

Patrick Mboma : Non, je ne pense pas. Monaco a marqué trois buts, deux résultant d’erreurs défensives et un autre contre son camp inscrit par un défenseur allemand. Concernant Pierre-Emerick Aubameyang, on l’a très peu vu en première période. Monaco, conscient du danger qu’il représente,  avait décidé de beaucoup le surveiller, notamment avec Kamil Glik, qui lui a laissé très peu de liberté. Les défenseurs monégasques ont accordé plus d’espaces à Ousmane Dembelé. Pendant quarante-cinq minutes, il n’a pas trouvé la profondeur, une de ses qualités premières, ni la latéralité.

L’avez-vous trouvé meilleur en seconde mi-temps ?

Oui. Même s’il n’a pas réussi à se procurer de vraies occasions. Glik ne l’a quasiment pas lâché. Aubameyang a parfois occupé le couloir gauche, car dans l’axe, c’était bouché pour lui. Je pense d’ailleurs qu’il devrait, quand il ne parvient pas à faire la différence grâce à ses appels, décrocher un peu, pour se faire oublier, pour soulager son équipe. Il ne l’a pas fait contre Monaco. Ou pas assez. C’est pour cela que j’estime que Pierre-Emerick a encore des progrès à faire, pour que son jeu soit moins stéréotypé. C’est un excellent buteur, il a fait d’énormes progrès techniquement, mais il a aussi les qualités pour varier son jeu.

Il est impliqué dans le but de Dembelé, en étant l’avant-dernier passeur décisif pour Kagawa, sur une remise acrobatique. Ce geste spectaculaire était-il volontaire ?

Je me suis posé la question à vitesse réelle. Mais j’ai vu l’action et le but au ralenti à plusieurs reprises, et je ne pense pas qu’il l’ait fait exprès. J’ai plutôt eu l’impression qu’il a voulu tenter une reprise à la Ibrahomovic. Mais ça a marché et tant mieux pour lui.

Et Mbappé ? Il a provoqué un penalty – raté par Fabinho – et inscrit deux buts…

Sur le penalty, il l’obtient intelligemment, car la sanction est très sévère. Ses buts ? Sur le premier, il est hors-jeu et marque de la cuisse. Le second provient d’une passe manquée par un joueur du Borussia et il va marquer avec un sang-froid assez impressionnant pour un gamin de 18 ans. C’est un buteur-né. Depuis qu’il est petit, il marque des buts.

Comment jugez-vous sa prestation en dehors des deux buts qu’il a inscrits ?

Dans le jeu, il a été moyen. Mais il a très bien fait ce qu’il devait faire. Il a une maturité assez étonnante pour un joueur de cet âge. Il a su profiter des erreurs adverses. La défense allemande était fébrile mercredi. Au bout de cinquante minutes, Monaco souffrait, et il ne pouvait pas apporter grand-chose à son équipe. Il n’a que 18 ans et n’a pas encore le volume athlétique pour accomplir un énorme travail défensif. Mais il va se développer avec l’âge. Donc, quand on ne le voyait quasiment plus, au plus fort de la domination allemande, j’ai pensé qu’il valait mieux le remplacer. Je me suis trompé : il est capable de marquer à n’importe quel moment. Et un attaquant comme ça, il vaut mieux le laisser sur le terrain…

 

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro