Fermer

Algérie : Total et Sonatrach renforcent leur coopération

Par Jeune Afrique

Le siège de Sonatrach à Oran. © CC/Wikimedia Commons

Selon des informations de Jeune Afrique Business +, un accord a été signé entre Total et Sonatrach, sonnant le glas de la bataille à laquelle se sont livrés en 2016 les deux groupes pétroliers à propos de l'exploitation du champ de Tin Fouye Tabenkort (TFT).

L’accord signé ce lundi 10 avril par Sonatrach et Total doit élargir la coopération des deux groupes pétroliers. Il ouvre la voie à de nouveaux projets dans les secteurs pétrolier et gazier en Algérie, mais il y est aussi question de la prolongation de l’accord conclu entre les deux en décembre 2016, sur la construction d’un complexe pétrochimique de taille mondiale, basé à Arzew près de Mostaganem, et qui produira du prolypropylène.

Sa signature intervient quelques jours après la visite du Premier ministre français Bernard Cazeneuve à Alger, dont le déplacement a été l’occasion d’évoquer les investissements français dans le pays.

L’accord prévoit surtout la résolution à l’amiable du différend entre les deux géants pétroliers. Total avait en effet poursuivi en mai dernier la compagnie pétrolière algérienne devant la Cour internationale d’arbitrage de Genève, en raison de l’imposition d’une taxe sur « les profits exceptionnels ».

Cette taxe, instaurée par le gouvernement algérien pour bénéficier de la hausse des prix du pétrole au cours des années 2000, était estimée contraire à la clause de stabilité fiscale contenue dans le contrat du projet de TFT signé par Total.

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici