Fermer

Zambie : l’opposant Hakainde Hichilema inculpé de trahison pour avoir tenté de bloquer le convoi du président Edgar Lungu

Par Jeune Afrique avec AFP

Hakainde Hichilema lors d'un meeting à Lusaka. © Tsvangirayi Mukwazhi/AP/SIPA

Candidat malheureux à la présidentielle d'août 2016, le chef de l'opposition zambienne, Hakainde Hichilema, a été arrêté mardi et inculpé de trahison pour avoir tenté dimanche de bloquer le convoi du chef de l'État Edgar Lungu, selon son avocat. Cinq autres personnes ont été interpellées, a annoncé à la presse le chef de la police zambienne Kakoma Kanganja.

Huit mois après sa défaite face au président sortant Edgar Lungu, au pouvoir depuis 2015, Hichilema refuse toujours de reconnaître sa courte défaite, lui qui a été devancé d’à peine 100 000 voix (2,5% des suffrages). Il avait contesté les résultats pour fraude mais la Cour constitutionnelle avait validé la réélection d’Edgar Lungu. Il a depuis déposé d’autres recours devant les tribunaux. Une attitude et un acharnement qui expliqueraient selon l’opposition son arrestation.

Le chef du Parti uni pour le développement national (UPND) a été interpellé mardi matin à son domicile de Lusaka au terme  d’une opération de grande envergure qui a mobilisé une centaine de policiers qui ont fait usage de gaz lacrymogène. L’opposant a été conduit dans un camp d’entraînement de la police pour y être interrogé.

Peine minimum de 15 ans

Le chef de file de l’opposition, qui ne peut avoir recours à une libération sous caution pour des faits de trahison, encourt désormais une peine minimum de quinze ans de prison et risque même la peine de mort.

Ce n’est pas la première fois qu’Hakainde Hichilema est interpellé. En octobre dernier, il avait passé une nuit en détention, accusé d’incitation à l’insurrection et de rassemblement interdit.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro