Fermer

Sénégal : arrestation de trois jihadistes présumés à Dakar

A Dakar, le 3 février 2014. © Sylvain Cherkaoui pour Jeune Afrique

Un Nigérian et deux Marocains, respectivement suspectés de liens avec Boko Haram et le groupe État islamique, ont été arrêtés ces derniers jours dans la capitale sénégalaise.

Dans un communiqué diffusé ce mardi 11 avril, la police sénégalaise a annoncé l’arrestation, la veille, à Dakar, d’un ressortissant nigérian « connu des services de renseignement de son pays pour terrorisme ». Selon le communiqué, cet homme se serait rendu dans la capitale sénégalaise « dans le seul but de recruter des terroristes pour le compte de Boko Haram ».

Arrivé de Mauritanie, où il aurait séjourné plusieurs mois, cet ancien étudiant en informatique était sans emploi et habitait dans le quartier populaire des Parcelles assainies. Il a été interpellé lundi en début d’après-midi, alors qu’il sortait de l’ambassade du Nigeria, dans le quartier de Fann. « C’est l’ambassade qui nous a alertés sur la présence de cet individu dans ses locaux. Nous avons donc prévenu le commissariat le plus proche pour qu’il soit interpellé à sa sortie », explique une source policière.

L’homme est désormais entre les mains des enquêteurs de la Division des investigations criminelles (DIC), qui cherchent notamment à savoir s’il projetait de commettre un attentat au Sénégal.

Les deux Marocains bientôt extradés

Une dizaine de jours plus tôt, le 29 mars, deux Marocains avaient été arrêtés par des éléments de la Direction de la police de l’air et des frontières (DPAF) à leur arrivée à l’aéroport international Léopold Sedar Senghor. D’après la police sénégalaise, ils sont « supposés liés à l’État islamique » et arrivaient de Turquie, où ils s’étaient présentés comme des ressortissants syriens et étaient passés par un camp de réfugiés.

Ces deux hommes étaient connus de différents services de renseignement, marocains et étrangers. Prévenue de leur arrivée à Dakar, la police sénégalaise les a interpellés sans difficultés. Selon le communiqué, les deux individus « ont réfuté toute appartenance à un groupe terroriste ». « Ils doivent maintenant être extradés d’un moment à l’autre vers le Maroc », ajoute notre source policière.

Le 23 février, deux ressortissants maliens suspectés de terrorisme avaient déjà été arrêtés à Dakar. D’après la police sénégalaise, l’un d’entre eux, Ould Sidy Mohamed Sina, était le contact de Mohamed Ould Nouini, un chef jihadiste malien considéré comme le planificateur de l’attentat de Grand Bassam, en Côte d’Ivoire, le 13 mars 2016.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro