Algérie : AccorHotels s’étend à Sétif

Par - à Alger

Le nouvel hôtel Novotel de Sétif, en Algérie. © AccorHotel

Présent depuis plus de 40 ans en Afrique, le groupe AccorHotels, premier opérateur hôtelier en France et sixième au niveau mondial, vient de consolider son réseau en Algérie par l’ouverture d’un double Novotel - Ibis dans la ville de Sétif, à 270 kilomètres à l’est d’Alger.

Achevé en 2016, le complexe Novotel et Ibis a été inauguré en grandes pompes, jeudi 6 avril 2017, en présence de très nombreux invités et officiels, parmi lesquels, Abdelouahab Nouri, ministre algérien du Tourisme, Gérard Pélisson, co-fondateur du groupe AccorHotels et Djillali Mehri, l’homme d’affaires algérien, partenaire du groupe AccorHotels avec lequel il est associé à travers une co-entreprise créée en 2005.

Après la ville de Constantine, c’est donc celle de Sétif qui bénéficie d’un complexe Novotel – Ibis de dernière génération. Pour les promoteurs du complexe hôtelier, le choix de cette capitale des hauts plateaux algériens s’est imposé de lui-même car, avec ses 1 700 000 habitants, elle est la deuxième région la plus peuplée d’Algérie après celle d’Alger.

En outre, depuis quelques années, la ville est devenue un pôle économique important qui attire de très nombreux investisseurs séduits autant par son dynamisme économique que par sa position stratégique de carrefour de passages et d’échanges commerciaux.

Le complexe Novotel – Ibis est situé au centre-ville de Sétif, face au plus grand Mall d’Algérie qui reçoit chaque jour des milliers de visiteurs venus de tout le pays. Le nouveau site d’AccorHotels s’étend sur six niveaux : un Novotel de 120 chambres dont deux suites, un Ibis de 120 chambres et un centre de conférences de 420 mètres carrés pouvant accueillir 350 personnes. La nouveauté est que les deux hôtels donnent accès l’un sur l’autre et partagent des espaces communs tels que le restaurant, l’espace petit-déjeuner et six salles de réunion.

Très actif dans l’industrie touristique, Djillali Mehri, PDG du groupe Gimmo (Groupe d’investisseurs du Maghreb et du Moyen-Orient), a plaidé à cette occasion pour le désengagement de l’État algérien dans la construction des hôtels.

L’État impose une concurrence déloyale aux opérateurs privés.

« L’État impose une concurrence déloyale aux opérateurs privés dans le domaine de l’hôtellerie. Il doit laisser ce secteur exclusivement au privé », a-t-il déclaré en marge de la cérémonie d’ouverture.

Par ailleurs, Djillali Mehri, qui a ouvert en septembre dernier un important complexe touristique de luxe dans le sud algérien, a également plaidé pour une politique qui encourage et facilite l’octroi des visas ainsi que pour le renforcement du transport aérien. « Des pays qui n’ont ni pétrole ni gaz son devenus des pays industrialisés grâce au tourisme », a-t-il déclaré.

AccorHotels, qui est présent en Algérie depuis 2009, à travers la société mixte SIEHA (Société Immobilière et d’Exploitation Hôtelière Algérienne), une co-entreprise créée en 2005, en partenariat avec Djillali Mehri, s’est lancé dans la réalisation d’une chaîne d’établissements de catégories économique et moyenne, du type Novotel et Ibis.

C’est, en effet, le septième complexe Novotel – Ibis à ouvrir en Algérie. Au cours de la conférence de presse tenue lors de l’inauguration du complexe, Mourad Khellaf, vice-président du groupe Gimmo a affirmé que l’objectif des deux partenaires était d’ouvrir 24 hôtels Novotel et Ibis en Algérie mais à cause de la rareté du foncier, cet objectif n’a pas été réalisé.

Dans l’immédiat, outre la consolidation de la destination d’Alger, deux autres destinations sont d’ores et déjà identifiées. Il s’agit des villes de Jijel et Mostaganem, ciblées avec des produits Ibis.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique