Fermer

Peine de mort : le Nigeria fait gonfler les chiffres du continent africain

Par Jeune Afrique

Selon le dernier rapport d'Amnesty international, le nombre d'exécutions en Afrique a reculé. © Altaf Qadri/AP/SIPA

Amnesty International a publié mardi matin son rapport annuel sur la peine de mort dans le monde. Les conclusions de l'ONG sur le continent africain présentent des évolutions contrastées en matière de recours à la sentence capitale, notamment en Afrique subsaharienne.

D’après ce rapport, le nombre d’exécutions recensées en Afrique a diminué (22 en 2016 contre 43 en 2015). Le Bénin a aboli la peine de mort, tout comme la Guinée pour les crimes de droits communs, portant le nombre de pays sur le continent à avoir rayé la sentences capitale du Code pénal à 19. De son côté, le Tchad a pris en décembre dernier des mesures qui semblent aller dans le même sens, puisque l’Assemblée nationale a adopté une version révisée du Code pénal abolissant la peine de mort sauf pour le crime de « terrorisme ».

Le Nigéria condamne de plus en plus à mort

En revanche, le nombre de condamnations à mort sur le continent a nettement augmenté, passant de 443 sentences en 2015 à 1086 l’année suivante. Une hausse observable notamment au Nigéria (527 condamnations en 2016 contre 171 en 2015), lequel a prononcé davantage de sentences capitales que tout autre pays au monde à l’exception de la Chine dont les statistiques restent secret d’État.

Un nouveau record pour le pays d’Afrique de l’Ouest après les 659 sentences capitales prononcées en 2014. D’après Amnesty international, le risque de voir des personnes exécutées pour des crimes qu’elles n’ont pas commis est omniprésent. « La moitié des condamnés innocentés recensés à travers le monde en 2016 ont eu lieu au Nigéria (32) », précise-t-il toutefois.

La Chine toujours en tête du classement

Le Soudan (2), la Somalie (14) et le Botswana (1) sont les trois autres pays du continent où des exécutions ont été recensées sur l’année 2016.

À l’échelle mondiale, le quintet de tête restent quasiment inchangé − la Chine est suivie de l’Iran (567), de l’Arabie Saoudite (154) de l’Irak (88) et du Pakistan (87) −. À ceci près que les États-Unis qui ne font plus partie des cinq principaux pays à avoir procédé à des exécutions sur l’année 2016. Une première depuis 10 ans.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici