Égypte : le président al-Sissi déclare l’état d’urgence pour trois mois après les attentats de l’EI contre des Coptes

Par Jeune Afrique avec AFP

Une foule s'amasse devant l'église Saint George, à Tanta, en Égypte, après un attentat-suicide, le 9 avril 2017. © Nariman El-Mofty/AP/SIPA

Quelques heures après la revendication par le groupe État islamique des attentats à la bombe contre deux églises coptes qui ont fait 44 morts dimanche 9 avril en Égypte, le président al-Sissi s'est exprimé le soir-même pour annoncer la mise en place de l'état d'urgence pour une durée de trois mois.

Cette décision, annoncée par le chef de l’État lors d’une conférence de presse au palais présidentiel au Caire, va néanmoins être soumise à l’approbation du Parlement. À trois semaines de la visite du pape François, prévue pour les 28 et 29 avril prochains, le président égyptien a assuré vouloir « protéger » et « préserver » le pays à travers cette mesure. Al-Sissi a également demandé à l’armée de déployer des forces pour assister la police dans la protection des « infrastructures vitales » du pays.

Le souverain pontife n’a pas tardé à réagir à ces attentats qui ont visé la première communauté chrétienne du Moyen-Orient. « J’exprime mes profondes condoléances à mon cher frère, sa sainteté le pape Tawadros II, à l’Église copte et à toute la chère nation égyptienne », a déclaré le pontife argentin.

Le président américain Donald Trump, qui avait récemment reçu son homologue égyptien à Washington, a condamné l’attentat sur son compte Twitter, se disant « confiant dans la capacité du président [Abdel Fattah al-Sissi] à gérer la situation comme il se doit ».

Les Coptes, cibles de l’EI

Les funérailles des victimes ont débuté dès dimanche à Alexandrie, au nord de l’Égypte, une des deux villes ciblées par les terroristes où 17 personnes, dont quatre policiers, ont perdu la vie dimanche après-midi. L’assaillant, un kamikaze équipé d’une ceinture explosive, s’est fait exploser à l’entrée de l’église Saint-Marc où se trouvait le pape copte orthodoxe Tawadros II à l’occasion de la fête des Rameaux, selon le ministère de l’Intérieur.

L’autre attaque avait eu lieu dans la matinée, à Tanta, une grande ville située au nord du Caire, toujours en pleine célébration des Rameaux dans l’église Mar Girgis (Saint-George). Elle a fait 27 morts et 78 blessés, selon le ministère de la Santé.

Ces attaques contre la minorité copte interviennent quatre mois après un attentat suicide spectaculaire, revendiqué par l’EI, contre l’église Saint-Pierre et Saint-Paul du Caire. Vingt-neuf personnes avaient été tuées. Dans une vidéo, l’EI avait alors menacé la communauté copte d’autres attentats à venir.