Fermer

Côte d’Ivoire : les six groupes parlementaires de l’Assemblée nationale constitués

Guillaume Soro, en mars 2015. © Olivier pour J.A.

Deux jours après le discours inaugural de Guillaume Soro, réélu début janvier à la tête de l'Assemblée nationale ivoirienne, le bureau politique de l'hémicycle a été dévoilé mercredi 5 avril après la constitution des groupes parlementaires.

Ils seront donc bien six groupes parlementaires à siéger au sein de la première Assemblée nationale de la IIIe République. Un hémicycle largement dominé par le Rassemblement des républicains (RDR) : avec 129 députés, le parti présidentiel, présidé à l’Assemblée par son secrétaire général par intérim, Amadou Soumahoro, détient en effet la majorité absolue.

Le RHDP en rang dispersé

Même si le RDR et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) étaient alliés lors des législatives, les deux formations politiques feront bande à part dans l’hémicycle. Avec 89 députés, le groupe parlementaire du parti d’Henri Konan Bédié sera dirigé par le secrétaire exécutif du PDCI, Maurice Kakou Guikahué.

Également membre du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHPD, coalition au pouvoir), l’UDPCI disposera lui aussi de son propre groupe parlementaire avec neuf députés, menés par Laurent Tchagba.

Trois autres groupes parlementaires, chacun composé de neuf députés, ont également été officiellement constitués. Il s’agit de « Nouvelle vision », présidé par Guy-Hervé Sérodé, et d’ « Agir pour le peuple », mené par Évariste Méambly, député de Facobly et candidat malheureux à l’élection pour la présidence de l’Assemblée en janvier dernier.

Yasmina Ouégnin écartée du bureau politique

Enfin, le groupe « Vox Populi », créé sous l’impulsion de la frondeuse Yasmina Ouégnin, membre du PDCI d’Henri Konan Bédié et candidate indépendante à Cocody après avoir été recalée lors des investitures du RHDP, comptera lui aussi neuf membres.

Yasmina Ouégnin, dont le nom avait beaucoup circulé relativement à une possible intégration dans le le bureau politique de l’Assemblée nationale, n’en fera en revanche pas partie. Selon les informations de Jeune Afrique, le RDR et le PDCI s’étaient opposés à la présence de la députée frondeuse au sein du bureau politique, constitué de députés proposés par chaque groupe parlementaire. Son groupe sera présidé par Martin M’Bolo.

« Je n’ai pas cherché à être présidente du groupe parlementaire », a assuré Yasmina Ouégnin quelques instants après la séance plénière. Avant d’ajouter : « C’est un épiphénomène, cela ne nous empêchera pas de travailler et d’être la voix du peuple ».

Pascal Affi N’Guessan sans groupe parlementaire

Face aux 254 députés réunis dans ces six groupes parlementaires, seul l’opposant Pascal Affi N’Guessan n’a pas rejoint de groupe. « Je souhaite être libre de prendre la parole », a justifié le député de Bongouanou, président d’une frange du Front populaire ivoirien (FPI) miné par les divisions.

Lors des législatives de décembre, seuls trois candidats du parti créé par Laurent Gbagbo avaient été élus, un nombre largement inférieur aux huit députés requis pour former un groupe parlementaire. Les deux autres députés du FPI ont choisi de rejoindre d’autres groupes parlementaires, a par ailleurs fait savoir Pascal Affi N’Guessan.

Dévoilé mercredi, le bureau politique de l’Assemblée nationale sera donc largement dominé par les partis d’Alassane Ouattara et d’Henri Konan Bédié. Sur 11 postes de vice-présidents de l’Assemblée, le RDR en décroche 5, le PDCI 4.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro