Tunisie – Appel à la prière mixé en boîte de nuit : le DJ et le patron poursuivis

Par Jeune Afrique avec AFP

Une plage à Hammamet, en Tunisie. © Kaigani Turner/CC/Flickr creative commons

Le DJ britannique qui a suscité la polémique en Tunisie après avoir mixé l’appel à la prière dans une boîte de nuit, ainsi que le gérant de l’établissement, vont être jugés pour « outrage aux bonnes mœurs », a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Le patron de cette discothèque de Hammamet « a été entendu par le parquet et un mandat de dépôt a été émis à son encontre », a déclaré le porte-parole du parquet de Grombalia, Ylyes Miladi.

Jusqu’à six mois de prison ferme

Trois personnes en tout, dont le DJ britannique « qui est en état de fuite » et un organisateur, ont été déférées devant le tribunal de Hammamet pour « outrage public à la pudeur », « outrage aux bonnes mœurs et à la morale publique » selon les articles 226 et 226 bis du Code pénal, a précisé Ylyes MiladiCes articles prévoient des peines pouvant aller jusqu’à six mois de prison ferme.

Une vidéo très partagée depuis dimanche 2 avril montre des groupes de jeunes danser sur un mix de l’appel à la prière, dans une boîte de nuit de Nabeul, voisine de la station balnéaire d’Hammamet, l’une des principales destinations touristiques de Tunisie, à l’occasion d’une soirée animée notamment par des DJ étrangers. Lundi 3 avril, les autorités avaient déjà annoncé la fermeture de la boîte de nuit, ainsi que l’ouverture d’une enquête.

Des « actes qui portent atteinte au sacré et aux rites religieux »

« Se moquer des sentiments des Tunisiens et de leurs principes religieux est une chose absolument inacceptable », a dénoncé le ministère des Affaires religieuses dans un communiqué, en critiquant « des actes qui portent atteinte au sacré et aux rites religieux ». Organisatrice de l’événement qui s’est tenu de vendredi soir à dimanche matin, l’équipe d’Orbit Festival a de son côté « décliné toute responsabilité » et « présenté (ses) excuses », dans un message publié sur sa page officielle Facebook.

Les excuses du DJ

« Le DJ ‘Dax J’ est anglais et a joué ce titre récemment en Europe », il n’a pas réalisé « que cela pouvait offenser le public d’un pays musulman comme le nôtre », a-t-elle ajouté. Sur la page de l’événement figure par ailleurs un commentaire de « Dax DJ » dans lequel il présente lui aussi ses « sincères excuses » et assure qu’il n’a « jamais voulu provoquer ou offenser quiconque ».