Fermer

Le rappeur tunisien Weld El 15 reste en détention en France après le renvoi de son procès

Par Jeune Afrique

Le rappeur tunisien Weld El 15 dans un de ses clips. © Capture d'écran Youtube/Anouar banor

Placé le 31 mars en détention provisoire pour violences conjugales, le rappeur tunisien Weld El 15 reste finalement détenu jusqu’au 3 mai, date du renvoi de son procès devant le tribunal correctionnel de Saint-Malo (Ile-et-Vilaine).

Devant initialement être jugé en comparution immédiate le lundi 3 avril, le jeune homme de 28 ans – de son vrai nom Ala Edine Yacoubi − a lui-même demandé ce renvoi, comme l’y autorise la loi. « Je souhaite un délai pour préparer ma défense », a-t-il déclaré lundi 03 avril au tribunal, selon le quotidien breton Le Télégramme.

« Il a été placé en détention provisoire dans l’attente de son jugement lundi pour avoir frappé et menacé de mort sa compagne après avoir forcé la porte de leur domicile », avait au préalable déclaré à l’AFP Ronan Le Clerc, substitut du procureur de la République de Saint-Malo.

Le rappeur est également poursuivi pour outrage vis-à-vis des policiers venus l’interpeller, lesquels l’ont trouvé en possession de stupéfiants d’après l’AFP.

Le rappeur déjà condamné en 2015

Sur décision du ministère public, le chanteur restera donc en détention à la maison d’arrêt de Saint-Malo pour éviter toutes pressions sur les témoins et les victimes, dont sa compagne présente ce lundi au tribunal, et pour garantir son maintien à disposition de la justice.

Installé en France depuis mars 2015, le rappeur Weld El 15 avait déjà été condamné en 2015 à plusieurs mois de prison avec sursis pour usage illicite de stupéfiants et pour des violences sur sa compagne. Il risque la révocation de son sursis.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro