Fermer

BTP : la Côte d’Ivoire va sanctionner les entreprises défaillantes

Echangeur du pont Henri Konan Bédié, quartier de Marcory, Abidjan, Côte d'Ivoire, en mars 2016. © Jacques Torregano pour JA

Amédée Koffi Kouakou, le ministre ivoirien des Infrastructures, a décidé de sévir contre les bénéficiaires de marchés publics coupables selon lui de malfaçons.

Désormais les entreprises qui travaillent mal sur les chantiers publics seront sanctionnées d’une interdiction de marchés publics pendant cinq ans.

Agacé par l’état de dégradation avancée de certains axes routiers, pourtant réhabilités récemment, le chef de l’État Alassane Ouattara a demandé le 30 mars en conseil des ministres à Amédée Kouakou, titulaire du portefeuille des Infrastructures économiques, de mettre en place un mécanisme de sanctions contre les entreprises qui travaillent de façon non rigoureuse les grands chantiers routiers.

Des sanctions inédites

« Les sanctions sont aussi étendues aux chefs de projet qui assurent la maîtrise d’ouvrage déléguée. Ils seront sanctionnés pour fautes lourdes », a expliqué Bruno Koné, le porte parole du gouvernement. La mise en place de telles sanctions est inédite dans le pays.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro