Fermer

Burundi : face à Nkurunziza, l’opposition change de stratégie

Par Jeune Afrique

Pierre Nkurunziza, président du Burundi, le 20 août 2016 à Bujumbura. © Gildas Ngingo/AP/SIPA

Le Cnared, qui fédère une large frange de l’opposition burundaise, enverra une délégation au 18e sommet des chefs d’État de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC), le 6 avril à Arusha (Tanzanie). Ce changement de stratégie survient alors que Charles Nditije a pris la tête de la plateforme le 28 février.

Le 16 janvier en effet, l’opposition avait boycotté une réunion ouvrant la voie à un dialogue interburundais organisée par le médiateur Benjamin Mkapa, après que l’ex-président tanzanien eut qualifié la réélection controversée de Pierre Nkurunziza de « légitime ».

Mettre le président sous pression

Le Cnared entend désormais pousser l’EAC à faire pression sur le chef de l’État burundais pour qu’il accepte de s’asseoir en personne à la table des négociations. Nkurunziza, qui n’a plus quitté son pays depuis les élections de 2015, devrait être représenté le 6 avril par Alain Aimé Nyamitwe, son ministre des Affaires étrangères, ou par Joseph Butore, son deuxième vice-président.