Fermer

Mali : l’état d’urgence prolongé d’au moins dix jours

Par Jeune Afrique avec AFP

Militaires postés devant l'hôtel Radisson Blu, le 21 novembre 2015, à Bamako. © Jerome Delay/AP/SIPA

L'état d'urgence au Mali, en vigueur quasiment sans interruption depuis 16 mois a été prorogé ce vendredi pour au moins dix jours.

L’état d’urgence ayant expiré le 29 mars, « il est apparu nécessaire de le déclarer à nouveau pour une durée de 10 jours à compter du vendredi 31 mars 2017 à minuit », indique le communiqué du gouvernement diffusé jeudi 30 mars.

Cette mesure d’exception, qui accorde notamment des possibilités d’intervention accrues aux forces de sécurité et restreint les rassemblements, a été instaurée à plusieurs reprises dans le pays depuis l’attaque jihadiste contre l’hôtel Radisson Blu de Bamako le 20 novembre 2015 (20 morts).

L’état d’urgence avait pour la dernière fois été prorogé de six mois le 30 juillet 2016.

« Persistance » de la menace terroriste

D’après les autorités maliennes, cette dernière prolongation de l’état d’urgence a permis de « renforcer davantage les dispositifs de prévention et de lutte contre le terrorisme » mais aussi d’ « accroître les capacités opérationnelles et les actions de contrôle des forces armées et de sécurité » et « d’assurer la mise en œuvre diligente des procédures juridictionnelles liées aux actes et aux menaces terroristes ».

Le gouvernement reconnaît néanmoins « la persistance de la menace terroriste au Mali et dans la sous-région, ainsi que des risques d’atteinte à la sécurité des personnes et de leurs biens ».

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro